"Nous bouclons une levée de fonds de 7 millions d’euros", Estelle Peltier, Foederis


Par Aurélie Tachot | le jeudi 05 octobre 2017 | Logiciel de gestion de talents
"Nous bouclons une levée de fonds de 7 millions d’euros", Estelle Peltier, Foederis

Gros coup d’accélérateur pour Foederis ! L’éditeur spécialisé dans la gestion des talents vient d’ouvrir son capital au fonds d’entrepreneurs Isatis Capital. Un rapprochement qui lui permet de mettre la main sur 7 millions d’euros afin de consolider ses positions en France et de financer son développement international, comme l’explique Estelle Peltier, la présidente.

Cette levée de fonds est une première pour Foederis, qui fêtera ses 20 ans l’an prochain…

Oui ! En 2012, j’avais réalisé un MBO (Management Buy-Out) pour accompagner le retrait de Bernard Gauvignon, qui a co-fondé Foederis. Cette fois-ci, il s’agit d’une levée de fonds : j’ouvre, pour la première fois, le capital à un fonds d’entrepreneurs : Isatis Capital. Au cours de cette phase, j’ai rencontré trois sortes d’investisseurs : les « sleeping partners », qui injectent du cash et laissent les sociétés avancer seules, les fonds « challengers », que j’apparente à des accélérateurs de start-up et les fonds « middle », dans lesquels je me retrouvais davantage. Ma chance, c’est que j’ai eu l’embarras du choix, je me suis donc tournée vers un consortium d’entrepreneurs.

Avec quels arguments avez-vous convaincu Isatis Capital ?

Isatis Capital est un fonds constitué d’anciens entrepreneurs, notamment de l’IT et du monde du logiciel. Nos investisseurs ont donc été sensibles à l’histoire de Foederis, à son bon niveau de rentabilité ainsi qu’à mon parcours en tant que femme dans l’univers de l’IT, qui est assez atypique. Notre projet de développement les a également intéressé : notre ambition est de doubler notre chiffre d’affaires et ainsi d’atteindre les 20 millions d’euros d’ici 2022, contre 8,5 millions actuellement. Cet objectif est à notre portée : le marché du talent management étant dynamique. Toutes les entreprises ne sont pas encore outillées d’une solution cloud dédiée à la gestion des talents.

Quels projets allez-vous mener avec ce capital ?

Grâce à cette levée de fonds, je vais pouvoir lancer plusieurs projets. Sans ce tour de table, j’aurai été obligée de les séquencer. Notre première priorité sera de renforcer notre position en France. Nous prévoyons d’accélérer sur le plan du développement commercial et du marketing, notamment via des recrutements, afin de nous rendre davantage visible des PME, des ETI et des grands comptes, à qui nous proposons des solutions paramétrables. La seconde priorité est l’international. Aujourd’hui, nous y sommes présents via notre réseau de partenaires. Notre ambition est désormais d’avoir des implantations commerciales sur place, notamment en Europe.

Envisagez-vous des opérations de croissance externe ?

Oui, à titre personnel, c’est une aventure entrepreneuriale que j’ai toujours voulu faire ! Cette levée de fonds va m’en donner l’occasion. Nous allons donc envisager de réaliser des acquisitions d’entreprises, soit pour nous développer sur des territoires européens que nous n’adressons pas encore, soit pour asseoir notre positionnement sur notre périmètre d’activité, par exemple en rachetant des concurrents, ou sur des périmètres connexes, notamment en nous tournant vers les start-up. Enfin, ce tour de table va nous permettre de financer la construction d’un nouveau siège ultra-moderne de 2000 m2, qui pourra accueillir l’ensemble de nos équipes.

Transférer cet article à un ami