Le réseau RegionsJob se décline sur l’iPhone


Le jeudi 01 juillet 2010 | Emploi sur mobile
Le réseau RegionsJob se décline sur l’iPhone

Lancée relativement discrètement le 18 juin, la nouvelle application iPhone de Regionsjob a immédiatement intéressé le mobinautes. « Dès les premiers jours, elle était l’application la plus téléchargée de la rubrique entreprises de l’App store » se réjouit Jérôme Armbruster, co-fondateur de Regionsjob.

Avec près de 6 000 téléchargements en une semaine, l’application iPhone de Regionsjob a connu un démarrage qui a agréablement surpris Jérôme Armbruster « sur les sept premiers jours, nous avons reçu plus de 12 000 visites via l’application iPhone. Cela représente 200 000 pages vues ». Un trafic non négligeable pour Regionsjob puisqu’il constitue, sur cette période, 3 % de la totalité des pages vues sur l’ensemble des sites du réseau.

Pourtant, côté communication, RegionsJob n’a pas déployé d’opération coup de poing pour présenter sa nouvelle application. « Nous avons prévenu les utilisateurs de nos différents sites et communiqué auprès de nos clients pour les informer que leurs annonces seraient dorénavant accessibles sur l’iPhone », précise le co-fondateur du portail. Car l’objectif de RegionsJob n’était pas de créer le buzz mais de présenter cette application comme une continuité des services offerts par le réseau.

Téléchargeable gratuitement sur l’App Store, cette application permet effectivement de retrouver l’ensemble des services des sites de RegionsJob. Partage des offres sur un compte Facebook ou Twitter, accès au fil d’actualité des huit sites régionaux du réseau… Les utilisateurs de RegionsJob retrouveront sur l’iPhone l’ambiance, l’ergonomie et les fonctionnalités du site. « Nous y avons toutefois implémenté de nouvelles fonctionnalités comme la géolocalisation qui permet de situer les postes les plus proches du mobinaute », remarque Jérôme Armbruster.

Si RegionsJob n’envisage pas pour le moment de créer une solution iPhone dédiée aux recruteurs, le réseau envisage dès à présent la possibilité de développer son application pour d’autres téléphones intelligents, « Androïd qui s’annonce comme l’un des futurs leaders et Blackberry, le plus utilisé par les professionnels ».

Sandrine Guinot

Transférer cet article à un ami