3 min avec HelloWork


Le jeudi 25 avril 2019 | Site emploi généraliste

En août 2018, RegionsJob se dotait de 30 millions d’euros (issus de ses fonds propres et de son actionnaire principal Le Télégramme) et devenait HelloWork. Une étape clé qui marquait une nouvelle phase de son développement. Huit mois après, le groupe de 250 salariés garde la même vitalité et multiplie les projets technologiques.

RegionsJob, Cadreo, ParisJob, Le Blog du Modérateur… La galaxie de sites emplois d’HelloWork grossit à vue d’œil ! En 2018, le groupe a été à l’origine de 14 millions de mises en relation, soit 30 % de plus que l’année précédente. Une progression qui s’explique par une audience en croissance mais aussi par des investissements massifs en nouvelles technologies. En développant des algorithmes de recommandation par exemple, le groupe optimise le tunnel de conversion d’un actif vers un candidat et augmente ainsi le volume de candidatures qu’un recruteur reçoit pour chaque poste. Un argument auquel 11 000 recruteurs sont sensibles. 

A quoi ressemble aujourd’hui l’écosystème d’HelloWork, qui a généré 44 millions d’euros de commandes en 2018 ? Quels outils le groupe propose-t-il aux recruteurs pour améliorer leur sourcing ? Quelle sera sa road map en 2019 ? Le groupe poursuivra-t-il sa stratégie de diversification ? Les réponses de François Leverger, directeur général d’HelloWork, dans cette nouvelle vidéo.

Olivia Schmoll & Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami