PwC intègre un escape game à son processus RH


Par Aurélie Tachot | le vendredi 08 juin 2018 | Serious game
PwC intègre un escape game à son processus RH

PwC, qui se plaît régulièrement à chambouler les codes de recrutement, vient de frapper fort ! Pour recruter ses futurs auditeurs juniors, le cabinet de conseil s’appuie désormais sur un escape game. Un jeu d’évasion qui permet à l’employeur d’identifier les compétences comportementales de ses futures recrues, capitales dans un contexte de transformation.

Qui aurait imaginé, qu’un jour, les candidats se mettraient dans la peau d’agents d’Interpol, le temps d’un jeu, pour plaire à un employeur ? Certainement personne. Pourtant, c’est le challenge que PwC a lancé à ses futurs auditeurs juniors. Le cabinet de conseil et d’audit, qui effectuera 200 recrutements sur ce seul profil en 2018, vient d’intégrer un escape game à son processus de recrutement. ʺNotre objectif était double : renouveler notre processus de recrutement avec une méthode innovante et différenciante et soigner notre marque employeur en renvoyant une image qui est en adéquation avec qui nous sommes : un cabinet avec une moyenne d’âge jeune, évoluant dans un secteur en pleine évolution et fortement impacté par l’innovationʺ, explique Sibylle Dupont, responsable RH chez PwC. En étudiant plusieurs options à même de répondre à ces deux enjeux, le cabinet d’audit s’est tourné vers la start-up Collock, qui crée, pour le compte d’entreprises, des escape game nomades.

Cerner les soft skills des candidats

Concrètement, après avoir envoyé leurs candidatures, les auditeurs juniors les plus prometteurs reçoivent, de la part de PwC, une invitation à une session de recrutement, elle même découpée en trois étapes : un entretien de recrutement avec un professionnel RH, puis avec un opérationnel et, enfin, un escape game. Durant le jeu, au cours duquel 4 à 5 participants doivent résoudre une énigme en un temps donné, les candidats sont observés par un professionnel RH. Pour l’aider dans son exercice, ce dernier dispose d’une grille d’observation, construite en fonction des composantes du métier d’auditeur. ʺA ce stade, l’enjeu est de déceler les soft skills des candidats. Nous regardons leur capacité à travailler en équipe, leur leadership, leur manière d’innover er d’inventer, leur ouverture au monde, leur résilience aux difficultés, leur capacité à suivre une méthodologie, leur respect des délais… Avec le jeu, nous pouvons voir tous ces élémentsʺ, assure Sibylle Dupont. Dans la majorité des cas, l’escape game révèle ce que les professionnels du recrutement ont décelé au cours des entretiens. ʺIl nous permet de cerner les qualités des candidats dans un contexte de lâcher-prise que nous ne pourrions pas retrouver dans le cadre d’un entretien formelʺ, précise-t-elle.

Un scénario sur-mesure

Pour aider les candidats à « lâcher-prise », l’énigme imaginée par Collock et déclinée en plusieurs versions est volontairement éloignée des problématiques terrain des auditeurs. ʺLe sujet est non-corporate : il n’est question ni d’audit ni de chiffreʺ, précise Aline Conxicoeur, co-fondatrice de la start-up, qui a créé un jeu sur-mesure pour PwC, réalisable directement dans les locaux du groupe. A noter que jusqu’ici, les escape game s’inscrivaient plutôt dans des logiques de fidélisation de talents, de team building voire de formation. Aborder le recrutement par ce prisme est encore relativement inédit. Au vu des résultats des 16 premières sessions déjà réalisées depuis novembre 2017, le cabinet d’audit PwC pourrait ouvrir cette approche à d’autres profils que ceux des auditeurs juniors. Les agents d’Interpol n’ont qu’à bien se tenir !

Transférer cet article à un ami