Les cinq enjeux de la fonction RH de demain


Le mardi 12 juillet 2016 | Publi-reportage - Test de recrutement
Les cinq enjeux de la fonction RH de demain - D.R.

A l’occasion de la nouvelle édition de son PerformanSe Day, l’éditeur a porté un message clair : les professionnels RH peuvent devenir acteurs des changements qui impactent  leur organisation. Pour passer à l’action, encore faut-il connaître les principaux enjeux qui les attendent. Les experts qui se sont succédés sur la scène de l’Aéro-Club en ont identifié cinq.

Miser sur les compétences transférables

Retenez bien ce chiffre : 80 % des compétences d’un expert comptable sont celles d’un Chief Data Officer, selon le professeur Bernard Stiegler. « Certains métiers vont apparaître, d’autres vont disparaître. Comme nous ne saurons pas, à l’avance, lesquels seront menacés, le mieux est de revoir complètement notre définition des compétences transférables », a expliqué Cécile Dejoux, professeur des universités au Cnam et directrice du learning lab Human Change au Cnam.

Anticiper les flux de personnel

Habituée à recruter des profils difficiles à sourcer (développeurs Java, scrum masters, Big Data…), la société Zenika a mis en place des KPI liés aux arrivées et aux départs de ses salariés. L’objectif : mesurer pour comprendre et s’améliorer. « Non seulement nous nous intéressons aux salariés qui partent, mais aussi aux types d’entreprises qu’ils rejoignent. Notre objectif est notamment de savoir s’ils restent dans des sociétés de services », a indiqué Carl Azoury, PDG de Zenika.

Réinventer les processus RH

Une mission qui passe d’abord par une remise en question du propre périmètre des professionnels RH, d’après Jean-François Rousseau, directeur formation, acquisition et développement des talents de GSK France. « Nous avons récemment découpé la fonction RH en plusieurs unités : le centre d’excellence, les opérations et le business partner. En cassant ainsi les silos, nous avons réussi à avoir une vision plus transversale de la fonction RH », a-t-il témoigné.

Entrer dans une logique de services

Cécile Dejoux a illustré cette idée en s’appuyant sur la sphère de la formation. « Demain, la mission d’un responsable formation ne sera plus de former, mais d’être dans une logique de libre-service de contenus pédagogiques », a-t-elle précisé. Un avis qui a fait écho à celui de Raphaël Grasset, chef de produits innovation chez PerformanSe, qui conseille aux entreprises « de passer d’un mode « push » à un mode « pull » en mettant des ressources à disposition des apprenants« .

Accompagner les managers

Tous les salariés sont impactés par la vague de transformation qui submerge l’entreprise. Mais pas de la même manière.  »Les managers ont un rôle particulier à jouer : celui d’aider leurs collaborateurs à développer de nouvelles compétences de changement et d’innovation", a expliqué Cécile Dejoux. Pour encourager leurs managers à prendre cette mission à bras-le-corps, les décideurs RH doivent leur donner un cadre. Même s’ils formulent eux-mêmes de nombreuses craintes vis-à-vis de l’avenir.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami