L’aversion pour le risque financier est d’origine biologique


Le lundi 12 octobre 2009 | Test de personnalité

Les décisions financières risquées et les choix de carrière subissent l’influence de la testostérone. Ce constat est le fruit d’une étude américaine conduite sur les étudiants d’un MBA de la Booth School of Business de l’Université de Chicago. Les chercheurs ont prélevé les échantillons salivaires de ces derniers avant de les soumettre à une batterie de tests destinée à déterminer leur degré d’hostilité face au risque financier.

Résultats : les hommes étaient beaucoup moins hostiles au risque que les femmes et leurs taux de testostérone salivaire considérablement plus élevés. Les femmes affichant de hauts niveaux de testostérone présentaient également un goût plus prononcé pour le risque.


Plus d’infos sur le site du Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS)

Transférer cet article à un ami