CareerBuilder frappe un grand coup en Allemagne


Le jeudi 15 septembre 2011 | Site emploi généraliste
CareerBuilder frappe un grand coup en Allemagne

CareerBuilder continue son expansion en Europe. Le site américain vient de racheter  JobScout24, un poids lourd des job-boards outre-Rhin. Une acquisition supplémentaire, sur un marché européen des sites emploi de plus en plus concentré.

CareerBuilder vient d’annoncer le rachat de JobScout24, site emploi majeur en Allemagne fort de quelques 3,36 millions d’utilisateurs et de plus de 250 000 offres. L’objectif : devenir le leader incontesté sur le marché allemand très rémunérateur en  combinant la puissance de Jobscout24 avec le dynamisme de CareerBuilder.de, lancé il y a trois ans maintenant. Le montant de cette acquisition n’a pas été communiqué.

Avec ce rachat de la filiale emploi de Scout24 au groupe Deutsche Telekom, CareerBuilder, déjà en position dominante aux USA avec plus de 24 millions de visiteurs uniques et un million d’offres, poursuit son avancée sur le continent. Une avancée déjà marquée par l’acquisition en juillet 2008 du site français LesJeudis.com pour plusieurs dizaines de millions d’euros ; ainsi que par les rachats successifs en 2007 du suédois Jobbguiden.se, du néerlandais JobbingMall.nl, et du grec Kariera.gr. 

Une stratégie de rachat identique à celle déjà mise en œuvre par le principal rival mondial de CareerBuilder : Monster.com. Ce dernier avait dès 2004 donné le ton en s’offrant Jobpilot, site remarquablement bien implanté en Allemagne, pour la modique somme de 74,5 millions d’euros. Quant au troisième site majeur sur le marché allemand, Stepstone.de, il est tombé dans le giron du géant des médias allemand Axel Springer qui a augmenté en 2009 sa participation dans Stepstone.com à hauteur de 52,27 %, pour un coût total de 24,6 millions d’euros.

La concentration sur le marché allemand semble avoir désormais atteint son point ultime. Il sera désormais très difficile pour un nouvel acteur de s’imposer parmi les sites leaders en Allemagne. La porte s’est refermée et aucun job-board français ou anglais n’a réussi à se glisser sur ce marché pourtant clé en Europe.

Amandine Chauve 


 

Transférer cet article à un ami