"Notre volonté est de réduire la fracture entre les stagiaires et les entreprises", Benjamin Guthleben, TakewInc


Par Aurélie Tachot | le jeudi 26 mars 2015 | Site emploi spécialisé
"Notre volonté est de réduire la fracture entre les stagiaires et les entreprises", Benjamin Guthleben, TakewInc

Lancée en 2013, la plateforme TakewInc attise de plus en plus la curiosité des entreprises, notamment Norauto, Ricoh… Comment ? En leur promettant de trouver des stagiaires compatibles avec leurs offres, grâce à un algorithme s’appuyant sur des critères de comportement et de motivation. Les précisions de Benjamin Guthleben, le fondateur.

A partir de quel constat est née TakeWinc ?

J’ai créé TakewInc suite à un stage à New-York au cours duquel je me suis senti frustré de ne pas apporter de valeur ajoutée à l’entreprise. Puisque cette impression était partagée par de nombreux autres étudiants, j’ai décidé de créer une plateforme permettant aux stagiaires et aux entreprises de se rapprocher. En partenariat avec la société TTI Success Insights, spécialisée dans l’évaluation RH, j’ai bâti un algorithme prenant en compte les critères de compétences, de comportement et de motivation des étudiants et permettant de mesurer la compatibilité entre un candidat et un poste, une mission ou des valeurs d’entreprise. Notre volonté étant de réduire la fracture qui existe aujourd’hui entre les étudiants-stagiaires et les entreprises.

Comment les recruteurs peuvent-ils utiliser votre plateforme ?

Lorsqu’ils souhaitent publier une offre de stage à pourvoir en France ou à l’étranger, les recruteurs ont deux options, moyennant un abonnement compris entre 29 et 49 euros par mois  : soit ils rattachent cette opportunité à un type de poste, pour lequel nous avons identifié les critères du candidat idéal. Soit ils répondent à un questionnaire administré en 20 minutes afin de définir eux-mêmes le profil de leur candidat idéal, en termes de personnalité, de comportement et de motivation. Grâce à notre plateforme, qui dispose de fonctionnalités sociales, les recruteurs peuvent également suivre le développement de carrière des stagiaires qu’ils n’ont pas pu recruter pour, éventuellement, leur proposer un poste plus tard, si leurs besoins en matière d’embauche évoluent.

Vos clients sont-ils uniquement des entreprises ?

Non, en plus des 150 entreprises qui diffusent leurs offres de stages à destination de nos 1000 étudiants inscrits, nous travaillons avec des écoles de commerce et, bientôt, d’ingénieurs. Pour l’Inseec par exemple, nous développons un tableau de bord qui permet aux responsables carrières de mieux accompagner les étudiants dans leurs recherches de stages, de contrôler les statuts de leurs candidatures… C’est un service que nous commercialiserons ces prochains mois puisque d’autres écoles comme l’Essec se montrent intéressées. L’arrivée de nouveaux investisseurs nous permettrait d’accélérer le développement de ce projet et de miser davantage sur l’international. En 2015, nous espérons dénombrer 10 000 étudiants inscrits et 500 entreprises clientes.

Transférer cet article à un ami