« Les sites spécialisés auront toujours une audience, mais il existe bien d’autres moyens de sourcing», Julien Defrance


Le jeudi 27 janvier 2011 | Site emploi spécialisé
« Les sites spécialisés auront toujours une audience, mais il existe bien d’autres moyens de sourcing», Julien Defrance

Pour recruter 3 000 personnes par an, le groupe BPCE (127 000 collaborateurs, 8 200 agences, 37 millions de clients) utilise de nombreux moyens de sourcing, parmi lesquels les job-boards généralistes et les sites spécialisés finances. Julien Defrance, responsable Recrutement et Partenariats Ecoles du groupe, nous présente sa stratégie.

Quelle est la politique du groupe BPCE en matière de recrutement ?

En 2011, nous recruterons  environ 3 000 personnes : 1 000 pour le réseau des Banques Populaires, 1 000 pour celui des Caisses d’Epargne et 1 000 pour nos filiales, dont les principales sont Natixis, la Banque Palatine et le Crédit Foncier. Les recrues recherchées pour nos deux principaux réseaux bancaires sont à 80 % - 90 % des commerciaux, soit titulaires d’un bac +2/3 pour l’accueil et la relation clients en agence, soit des bac +4/5 pour des marchés spécialisés : entreprises, associations, collectivités locales… Nous recrutons un tiers de jeunes diplômés, un tiers ayant une première expérience et un tiers d’expérimentés.

Quelles sont vos méthodes de sourcing ?

Nos emplois étant très divers, notre palette de sourcing doit être large. La première méthode est l’utilisation de nos propres sites de recrutement, sur lesquels se trouvent en permanence de 500 à 600 offres. C’est un moyen très efficace puisque le site des Banques Populaires et celui des Caisses d’Epargne drainent chacun quelque 80 000 candidatures par an.

Ensuite, nous faisons appel aux sites emploi généralistes, comme Monster notamment pour les jeunes diplômés à bac +2/3, Cadremploi  pour les cadres et Regionjob qui répond bien à nos problématiques de recrutement local. De façon plus ponctuelle, nous pouvons faire appel à Sourcea ou à Jobintree. En ce qui concerne les sites spécialisés finances, aujourd’hui nous travaillons notamment avec Jobanque et Efinancialcareers.

Quelle utilisation faites-vous de ces sites spécialisés : diffusion d’annonces, recherche sur CVthèque ?

Je suis très réservé sur l’utilisation des CVthèques pour nos entreprises. La recherche est chronophage et il est difficile de trouver la bonne information. En revanche, nous utilisons les job-boards pour diffuser des annonces particulièrement ciblées, permettant de toucher des profils bien qualifiés. Par exemple, les Caisses d’Epargne et les Banques Populaires sont très présentes sur Jobanque car ce site touche les candidats de la banque de proximité. Il nous offre une vraie visibilité. Quant au site Efinancialcareers, je suis plus réservé car notre visibilité y est toute relative, toutes les grandes banques y étant présentes. Mais pour les métiers de la gestion des risques, de la banque de financement et d’investissement ou encore l’asset management, il est efficace, mais très cher !

Quel avenir voyez-vous pour les sites emplois finances ?

Les sites de niche auront toujours une audience, mais il existe bien d’autres moyens de sourcing. Je crois beaucoup aux sites communautaires professionnels comme Viadeo avec qui nous travaillons, ou LinkedIn. Les sites emploi classiques s’adressent surtout à des jeunes  diplômés ou à ceux ayant de 3 à 5 ans d’expérience. Pour toucher d’autres populations, nous développons d’autres modes de sourcing, comme la cooptation, des job dating en agence ou encore des CV express (les personnes intéressées sont invitées à remplir un formulaire court lors de leur visite dans nos agences). C’est à l’opposé d’Internet, mais cela
fonctionne très bien.

Propos recueillis par Myriam Dubertrand
Crédit photo : ©H.Mouillade/BPCE

Transférer cet article à un ami