« La Bananeraie préfère agiter son imagination plutôt que son portefeuille », Christopher Lemoine


Le mardi 25 mai 2010 | Site emploi spécialisé
« La Bananeraie préfère agiter son imagination plutôt que son portefeuille », Christopher Lemoine

Spécialisée dans les produits laitiers et les biscuits sablés, la petite entreprise de la Bananeraie a lancé une campagne de recrutement insolite. Explications de Christopher Lemoine, un des trublions de l’équipe.

La Bananeraie en quelques mots, c’est…

Une entreprise qui a été crée en septembre 2004 et qui est née de l’imagination de Michel De Rovira et Augustin Paluel-Marmont, deux étudiants diplômés de l’école de management ESCP-EAP. La société a développé différentes gammes de produits : sablés, yaourts à boire ou en pot, smoothies… L’équipe dénombre désormais 27 personnes venant de tous horizons : le marketing, l’agroalimentaire, les chiffres…

Vous recherchez actuellement un « chef de produit d’exception ». Votre opération de recrutement a le mérite d’être originale. Comment a-t-elle vu le jour ?


Même si nous recevons régulièrement des candidatures spontanées de personnes très qualifiées, nous nous sommes creusés les méninges ! Nous tenions à recruter de manière décalée et souriante. Bref, à notre image... Nous avons donc décidé de diffuser, sur Facebook et sur les forums des écoles d’ingénieurs, une vidéo présentant notre tribu et nos locaux. L’objectif, c’était d’incarner notre annonce. En parallèle, nous avons invité les internautes à être chasseurs de tête. La règle du jeu est simple : si quelqu’un nous trouve la personne idéale et qu’elle nous plait, nous lui offrons un vol en montgolfière et la moitié de son poids en vaches en gros pots.

Avez-vous reçu beaucoup de candidatures ? 

Depuis le lancement de l’opération le 3 mai, nous en avons reçu une cinquantaine… C’est un chiffre satisfaisant dans la mesure où nous pouvons supposer que les personnes qui postulent ont toutes visionné notre vidéo et répondent donc à nos critères de recherche. Nous voulons être certains que le chef de produit qui rejoindra notre équipe s’épanouisse dans son poste et adhère à nos valeurs. C’est la raison pour laquelle notre processus de recrutement est volontairement compliqué : le candidat sera reçu par l’équipe projet puis par Michel et Augustin. Il sera ensuite convié à déjeuner avec toute l’équipe pour mieux faire connaissance.

Que représente cette opération en termes d’investissement ? 

Pratiquement rien… Du temps uniquement ! Puisque nous avons nous-même écrit le script de l’annonce, réalisé la vidéo et diffusé l’offre par nos canaux, avec les moyens du bord ! La Bananeraie préfère agiter son imagination plutôt que son portefeuille… Une chose est sûre : la variété des profils de notre tribu nous aide à cultiver notre originalité.

Propos recueillis par Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami