A2JOB facilite le recrutement dans le médico-social


Par Morgan Robert | le lundi 08 octobre 2018 | Site emploi spécialisé
A2JOB facilite le recrutement dans le médico-social

Alors que le secteur médico-social souffre d’un manque chronique de personnel, la start-up A2JOB, fondée il y a tout juste un an, propose le recrutement rapide de personnels à la fois compétents et immédiatement disponibles. Par quel miracle ? Explications.

« Mars 2018 : une femme décède après avoir attendu 2h30 aux urgences d’un hôpital de Reims. » C’est par ces mots graves que les responsables d’A2JOB débutent la plupart du temps la présentation de leur activité. Une accroche un brin anxiogène, mais à l’image de la situation à laquelle veut s’attaquer la start-up. « Le manque d’effectifs est le principal problème des établissements sociaux et de santé, expliquent les co-fondateurs Samir Benfares et Karim Fadloun. Avec d’importantes conséquences pour les personnels en termes de conditions de travail, sans parler de la qualité des soins.»

Eux-mêmes confrontés à ces difficultés dans leur vie personnelle, Karim Fadloun et Samir Benfares ont donc lancé A2JOB en septembre 2017. Avec une promesse : mettre en quelques heures, à disposition des hôpitaux, des EHPAD et autres Maisons d’enfants à caractère social, des travailleurs compétents et motivés. Notamment des infirmiers, assistants de service social, éducateurs, aide-soignants, ambulanciers, auxiliaire de puériculture, auxiliaire de vie.

Une base candidats d’un millier de profils

Pour profiter de ce service, il suffit aux structures sociales ou de santé de déposer leur besoin sur la plateforme d’A2JOB. L’algorithme va ensuite piocher au cœur de sa base candidats – qui dénombre aujourd’hui plus d’un millier de profils – les professionnels correspondant aux critères de l’employeur. « Une fois leur disponibilité vérifiée, nous transmettons leurs coordonnées aux employeurs par SMS. Cela ne nécessite qu’une infrastructure très légère. »

Le tarif de la prestation promet d’être cinq fois inférieur aux agences d’intérim : 40 euros par candidat contacté pour le forfait « rush » en cas de courte vacation à pourvoir très rapidement et 120 euros par candidat contacté pour « meeting » qui doit mener à des CDD ou des CDI. « La facturation survient au moment où l’organisme entre directement en relation avec un candidat », explique Karim Faldoun. Dernière possibilité, la formule « deal » à 360 euros. Peu importe alors le nombre de personnes contactées, l’organisme demandeur ne sera facturé qu’après avoir trouvé le candidat idéal.

Une levée de fonds début 2019

Aujourd’hui incubée à Station F après avoir été accompagnée par La Fabrique Pôle Emploi, A2JOB cherche désormais à consolider son modèle. Ces prochains mois, de nouvelles offres verront ainsi le jour. La start-up prévoit également un élargissement de son activité, pour l’instant encore majoritairement centrée sur l’Ile-de-France. Elle pourrait enfin évoluer de la stricte mise en relation vers un véritable engagement en matière de gestion des contrats de travail. Pour mener tous ces projets, une levée de fonds est en préparation pour les premiers mois de 2019.

Transférer cet article à un ami