«  Nous sommes en position de combat  » Jean Pacra, PDG de Recrut.com


Le vendredi 11 janvier 2013 | Site emploi généraliste
" Nous sommes en position de combat " Jean Pacra, PDG de Recrut.com - D.R.
Le magazine gratuit d’annonces d’emploi Recrut.com s’est amusé à rhabiller tous les intervenants de son numéro de décembre en personnages Playmobil. Une sympathique action de co-branding pour terminer l’année sur une note légère…et tenter de rattraper le coup d’une année difficile

Le point avec Jean Pacra, qui n’hésite pas à illustrer son éditorial de Noël avec un avatar de pirate. Preuve que l’entreprise bi-média va devoir se battre en 2013.

Pourquoi cette édition spéciale de Recrut.com ?

L’idée d’un numéro de fin d’année original nous trottait dans la tête depuis 2 ans. C’est une période généralement difficile à aborder sur le marché du recrutement car les entreprises comme les candidats ont la tête ailleurs. Playmobil a accepté notre proposition avec enthousiasme. Leurs figurines évoquent bien sûr la période de Noël, mais elles illustrent aussi l’emploi à travers une large palette de métiers.

Etes-vous satisfait de l’opération ?

Absolument. Après le lancement d’une nouvelle maquette print et web il y a deux mois, ce numéro est un bon relais d’image pour réaffirmer notre positionnement : la recherche d’emploi sans complexe et sans prétention dans les métiers du tertiaire, destinée aux jeunes diplômés jusqu’à Bac+3. L’initiative a été très bien accueillie, notamment par les annonceurs. Certains ont même joué le jeu des figurines Playmobil dans leurs annonces. Le numéro est tiré à 100 000 exemplaires et diffusé dans nos 1250 points de distribution, notamment dans les espaces Pôle emploi ou les centres commerciaux. Les entrées publicitaires de ce magazine de fin d’année sont équivalentes à l’an dernier, ce qui est très positif après une année 2012 difficile.

Comment se porte Recrut.com ?

Parmi les 20 premiers job-boards français, Recrut.com est le seul véritablement indépendant. Nous gardons une bonne rentabilité, même si nous sommes encore dans une phase de reconstruction de la marque qui, après avoir été longtemps leader de la communication emploi, a beaucoup souffert pendant les années glorieuses de l’emploi entre 2000 et 2008. Après 5 ans de forte croissance suite au rachat de l’entreprise, nous terminerons 2012 avec un CA en baisse de 10 à 15 %. On constate un certain attentisme de la part de nos clients. L’année 2013 s’annonce plus difficile que prévue.

Quels sont vos projets ?

Nous avons plusieurs chantiers dans notre besace qu’il nous est difficile de lancer si le marché ne repart pas. Nous allons pour l’instant nous recentrer sur notre cœur d’activité print et web pour tenir notre objectif : une croissance de 5 à 10 % en 2013. Le magazine sera par exemple déployé dans 200 points de distribution supplémentaires l’an prochain. Nous croyons fermement en notre positionnement bi-média. Le format papier du mensuel permet aux annonceurs de communiquer sur leur image employeur ou sur des campagnes de recrutement de masse tandis que le web a une efficacité immédiate qui permet de répondre aux demandes ponctuelles de recrutement. Contrairement aux idées reçues, le print ne va pas mal pour ceux qui savent l’utiliser. Nous n’avons jamais perdu d’argent avec le magazine.

Comment abordez-vous le virage mobile ?

Le mobile est un chantier très intéressant. Toutefois, je constate que tout le monde a investi dans des applications emploi qui se ressemblent et qui n’apportent rien de plus que l’offre mobile de Pôle emploi par exemple. Nous travaillons sur deux projets d’applications pour l’alternance et le recrutement qui devraient voir le jour au second semestre 2013. Le mobile est un passage obligé, mais nous voulons d’abord nous assurer de développer un outil qui se démarque.

Gaëlle Fillion

Transférer cet article à un ami