Monster traque les candidats potentiels sur Facebook


Par Aurélie Tachot | le mercredi 06 juillet 2016 | Site emploi généraliste
Monster traque les candidats potentiels sur Facebook

Après avoir répandu ses offres d’emploi sur Twitter, Monster s’intéresse désormais à Facebook ! Pour permettre aux entreprises d’atteindre un nombre toujours plus important de candidats, le jobboard lance Social Job Ads, une solution de ciblage qui suggère, sur Facebook, des offres d’emploi aux internautes dont le profil est en adéquation avec le poste.

Facebook est-il un bon terrain de chasse pour les recruteurs ? Monster en est convaincu. "Notre stratégie repose sur le fait d’aller partout où les candidats se trouvent", explique Gilles Cavallari, président de Monster France. C’est la raison pour laquelle le jobboard vient de dupliquer sa solution de ciblage, lancée il y a un an sur Twitter, sur le réseau social Facebook, qui dénombre pas moins de 31 millions d’utilisateurs actifs en France. "L’objectif est de permettre aux recruteurs de toucher une audience supplémentaire, notamment la génération des Millennials qui a une utilisation quotidienne de ce réseau social", précise-t-il. Comment ? En leur proposant de diffuser, de manière automatique, depuis leur ATS ou via Monster.fr, des offres d’emploi sur le fil d’actualité des utilisateurs de Facebook. Mais pas n’importe lesquels. "Uniquement ceux qui justifient d’un profil professionnel en adéquation avec celui du candidat recherché", assure Gilles Cavallari.

Les traces professionnelles de l’open web

Pour réaliser le matching entre les offres d’emploi et les candidats potentiels, le jobboard, dont l’audience a augmenté de 15 % par rapport à juin 2015, s’appuie sur les données de l’open web qui sont agrégées par l’ensemble de ses outils. Cvthèque, LinkedIn, Viadeo, Twitter, blogs… : toutes les traces professionnelles publiques des candidats potentiels sont passées au crible. Ainsi, un utilisateur n’ayant pas renseigné d’informations professionnelles sur Facebook pourrait quand même se voir proposer des offres d’emploi adaptées à son profil. Lancée il y a quelques jours, après une période de bêta-test en Allemagne, cette Social Job Ads prend la forme d’un post enrichi d’une photo qui contient deux liens : le premier vers la page Facebook de l’entreprise qui recrute et le second vers l’offre d’emploi publiée sur Monster.fr. Les premiers retours de nos voisins allemands semblent positifs. "Il n’y a pas eu d’effet repoussoir de la part des utilisateurs de Facebook, assure Gilles Cavallari. En moyenne, les Social Job Ads ont atteint 50 clics en l’espace de 4 jours." Pour convaincre les recruteurs de l’efficacité de cette solution de ciblage, déjà plébiscitée par 4000 clients en Europe dont le groupe BPCE qui concrétise 10 % de ses recrutements par ce biais, Monster formule une promesse « ROIste » : celle de garantir 50 clics par annonce.

Une acquisition stratégique dans le mobile

En utilisant Twitter et Facebook comme vecteurs de communication, Monster, qui diffuse 200 000 offres d’emploi venant de 28 000 sources différentes, touche une audience estimée à 1,8 milliards d’utilisateurs dans le monde. Un vivier de candidats énorme pour les entreprises, en pleine phase de reprise. Cette raison pousse d’ailleurs le jobboard à aller encore plus loin. A défaut de pouvoir dupliquer sa solution de ciblage sur LinkedIn, "faute d’API suffisamment ouverte", selon Gilles Cavallari, Monster devrait prochainement se pencher sur Instagram, l’un des réseaux sociaux préférés des jeunes talents. Un autre chantier intéressera également le jobboard ces prochains mois : le mobile, qui représente plus de 40 % de son audience en France. Quelques semaines après avoir racheté l’application JobR, « le Tinder de la recherche d’emploi », Monster devrait ainsi enrichir sa propre application de fonctionnalités accélérant le processus de candidature sur mobile.

Transférer cet article à un ami