"CleverConnect est une suite de solutions technologiques"


Par Gaëlle Fillion | le jeudi 08 novembre 2018 | Site emploi généraliste
"CleverConnect est une suite de solutions technologiques"

En juin 2018, le groupe Meteojob changeait discrètement de nom pour devenir CleverConnect. Cette nouvelle marque englobe trois produits liés au recrutement : le jobboard Meteojob.com, la solution d’entretien vidéo Visiotalent, rachetée en mai 2016, et la plateforme HRMatch. Marko Vujasinovic, CEO de CleverConnect, dévoile sa nouvelle stratégie.

Pourquoi avez-vous créé CleverConnect ?

Le rapprochement entre Meteojob et Visiotalent, c’était d’abord l’histoire d’une rencontre d’entrepreneurs de la HR tech. Au départ, nos leviers de complémentarité étaient plutôt intuitifs, avec d’un côté l’approche du matching de Meteojob sur les hard skills et de l’autre l’entretien vidéo différé de Visiotalent, qui permet d’évaluer les soft skills des candidats. Au moment du rachat, nos deux entreprises connaissaient un très bon développement : nous ne voulions pas perturber la dynamique de chaque projet. Au bout de 18 mois, il nous est apparu évident qu’il fallait tout mutualiser à travers une nouvelle identité corporate, autour de laquelle nous avons formalisé notre vision commune.  Cleverconnect n’est pas un simple jobboard mais une suite de solutions technologiques.

En quoi consiste cette nouvelle stratégie ?

Notre mission consiste à aider les entreprises à recruter les bons talents, à travers une expérience de recrutement remarquable. Nous voulons rompre avec la logique du « one-shot », où le candidat envoie son CV dans une boîte noire et attend d’être rappelé par le recruteur. C’est le dialogue qui s’opère entre l’entreprise et le candidat, pendant le process de recrutement, qui fait le succès de la rencontre. En échange de son CV, le candidat doit pouvoir recevoir des informations sur l’entreprise, une vidéo du dirigeant, etc. A l’inverse, l’entreprise doit pouvoir récupérer des indications sur la motivation du candidat ou ses aspirations, notamment à travers la vidéo. Cette approche repose sur notre nouvelle plateforme HRMatch, qui pilote les interactions.

Quels sont vos autres axes de développement ?

L’international. Notre objectif consiste à commercialiser la technologie Meteojob en s’alliant à des groupes médias et à développer Visiotalent chez des clients finaux. Nous venons de signer un partenariat avec le jobboard suisse Jobeo : nous leur apportons en marque blanche le produit Meteojob sous forme de logiciel. Notre plateforme technologique est désormais disponible en anglais et en allemand. En France, plusieurs opérateurs publics utilisent déjà la technologie Meteojob, comme l’espace emploi de l’AGEFIPH. Nous voulons poursuivre le développement de nos bureaux en Espagne, en Belgique et en Italie, avec un objectif de rentabilité sur 2019. Dès qu’un pays atteindra l’équilibre, nous ouvrirons un autre pays ; sans doute début 2020.

Quel chiffre d’affaires visez-vous pour 2018 ?

En 2017, il s’élevait à 10,5 millions d’euros. Cette année, nous observons une croissance de nos facturations de l’ordre de 40 %. Sur 1800 clients en 2017, seule une quinzaine n’a pas renouvelé son contrat en 2018. Nous avons aussi gagné des clients avec une offre large, qui nous permet de faire du cross sale. HRMatch est déjà en cours de déploiement dans deux grandes entreprises.

Transférer cet article à un ami