Cinquième édition du salon virtuel Monster eDays


Le lundi 14 mars 2011 | Site emploi généraliste
Cinquième édition du salon virtuel Monster eDays

Monster France propose un salon de l'emploi sans sortir de chez soi. Employeurs et candidats se rencontrent sur la toile dans un salon 100 % virtuel du lundi 14 au mercredi 23 mars. Et ce, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, en France ou à l'international.

Pour cette cinquième édition, vingt entreprises tiendront un stand. « Nous avons une volonté généraliste, nous couvrons le maximum de secteurs d'activités et pour tous types de profils (bac à bac + 5) : informatique, restauration, commerce, assurance... » précise Catherine Reichert, porte-parole de Monster. Parmi les entreprises présentes, on trouve notamment Hanploi, site de recrutement dédié aux personnes handicapées. Pour les candidats, l'accès au salon est gratuit, il suffit de se rendre sur la page d'inscription Monster eDays. La navigation est simple, les chercheurs d'emplois n'ont pas à se créer d'avatar.

Un espace de recrutement interactif pour se faire repérer par les employeurs.

En entrant dans ce salon virtuel, on accède aux différents stands qui affichent chacun leurs offres d'emplois. « On peut ensuite postuler en déposant son CV. On peut également rentrer en contact avec les employeurs à travers des chats vidéos ou textes » indique Catherine Reichert. Pour gagner du temps, le salon virtuel propose un test de compatibilité qui permet de se diriger directement vers des offres qui correspondent à son profil. Pour les entreprises qui souhaitent participer aux Monster eDays, il suffit de rentrer en contact avec Monster France. « Il faut avoir au moins 50 offres d'emploi à proposer » explique Catherine Reichert. Il existe quatre sortes de Pack qui correspondent à diverses options : pack bronze (3350 euros), argent (6900 euros), or (10 000 euros) et platinium (15 000 euros). A titre d'exemple, le pack bronze ne permet pas le chat video, mais seulement un chat texte.
Ce salon nouvelle génération est prisé par les entreprises qui acquièrent ainsi une image plus dynamique. « Le secteur informatique est particulièrement friand » selon la porte-parole de Monster.
                                                                                                                                     
Maud Laurent

Transférer cet article à un ami