Leboncoin s'attaque à l'emploi des cadres !


Par Aurélie Tachot | le vendredi 13 avril 2018 | Site emploi cadres
Leboncoin s'attaque à l'emploi des cadres !

En s’emparant de l’application Kudoz il y a un an et demi, Leboncoin assumait son intention de positionner sa marque sur le segment de l’emploi cadres. C’est désormais chose faite ! Ce jeudi, le portail dévoile une  offre de recrutement entièrement dédiée à cette typologie d’actifs. De quoi booster sa rubrique emploi, déjà consultée par 2,8 millions de visiteurs uniques chaque mois.

Leboncoin a décidé de s’affirmer sur le marché de l’emploi des cadres ! Ce jeudi, le portail d’annonces a présenté une nouvelle offre susceptible de chahuter les acteurs déjà en place (Cadremploi, Cadreo, l’APEC…). Un an et demi après avoir mis la main sur la start-up Kudoz, « le Tinder de l’emploi », Leboncoin a dévoilé une offre de recrutement web et mobile entièrement dédiée aux cadres, qui sera disponible le 16 mai prochain : « Leboncoin Emploi Cadres ». Sur le papier, ce nouveau service a tout pour réussir. Il associe en effet la force de frappe du Bon Coin, qui dénombre 2,8 millions de visiteurs uniques chaque mois sur sa rubrique emploi, et l’expertise technologique de l’application mobile Kudoz, expert dans la mise en relation via des algorithmes de matching. ʺDepuis plusieurs années, l’emploi est une activité importante. En 2017, une entreprise française sur huit a déposé une annonce sur notre site. En 2016, ce sont ainsi plus de 800 000 postes qui ont été pourvus. Il nous manquait toutefois un segment sur lequel les cadres pourraient avoir leur propre expérience. Nous avons donc décidé de compléter notre offre. C’était d’autant plus évident que 32,4 % de notre audience globale représentent aujourd’hui les CSP+ʺ, explique Antoine Jouteau, directeur général.

Un système de « push » d’offres d’emploi

Le marché de l’emploi cadres étant déjà ʺsollicitéʺ, Leboncoin a souhaité proposer une expérience utilisateur ʺdifférencianteʺ, selon Antoine Jouteau. Plutôt que d’encourager les cadres à se connecter à sa plateforme pour consulter les offres d’emploi, le portail assure, à leur place, une partie de leurs recherches. ʺLa particularité des cadres, c’est qu’ils sont plus pressés que les candidats non-cadres. Ils sont également exigeants sur la pertinence des offres et souhaitent postuler instantanément. Nous allons donc répondre à leur quête d’efficacité en leur poussant des offres qui correspondent à leurs critèresʺ, indique Antoine Jouteau. Concrètement, les cadres n’auront qu’à renseigner leurs critères (fonction, localisation et salaire), télécharger leur CV (via LinkedIn) et confirmer leur inscription via SMS avant de recevoir les premières propositions de postes. ʺAu fur et à mesure que les utilisateurs consulteront les annonces, l’algorithme apprendra de leur usage et sera de plus en plus pertinentʺ, explique Pierre Hervé, co-fondateur de Kudoz. Côté recruteurs, le principal avantage de cette offre, outre le module dédié au suivi de la performance des annonces, porte sur le volet marque employeur. Les pages entreprises, qui ne sont pas sans rappeler celles de Welcome to the Jungle, permettent de valoriser, en images, les locaux, les équipes… Elles s’inscrivent dans la logique de « rich média » sur laquelle les jobboards surfent et qui plaît tant aux entreprises. Le modèle économique de l’offre est, quant à lui, classique : il repose sur un nombre d’emplacements que les recruteurs pourront acheter à l’année.

La commande vocale sur Google Home

D’après OpinionWay, deux cadres sur trois se disent actuellement en situation de veille ou de recherche active d’emploi. En 2018, entre 248 000 et 271 000 recrutements cadres sont prévus en France, soit une hausse estimée entre 3 et 13 % par rapport à 2017, selon l’APEC. Autant dire que, pour Leboncoin, le marché des cadres est hautement stratégique. Aujourd’hui, seules 5 % de ses offres d’emploi concernent cette catégorie d’actifs alors que les cadres représentent 11 % de la population active française. Pour progresser sur ce plan, le portail, qui a généré 257,4 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, devrait donc multiplier ses investissements, en particulier sur le volet technologique. Le Lab, dont le rôle est d’anticiper les nouveaux usages, travaille par exemple sur la recherche d’emploi par commande vocale, via le terminal Google Home. Aujourd’hui, 20 % des recherches seraient activées par la voix, d’après comScore. Un pourcentage qui pourrait atteindre 50 % d’ici 2020. Avant l’été, Leboncoin promet donc qu’il sera possible d’effectuer, sur son portail, une recherche d’emploi simplement en prononçant la phrase « OK Google, parler avec Leboncoin Emploi ». Mais aussi, à plus moyen terme, d’envoyer sa candidature, le tout en un seul mot !

Transférer cet article à un ami