Cadremploi insuffle de l’optimisme dans sa nouvelle campagne


Par Aurélie Tachot | le jeudi 03 novembre 2016 | Site emploi cadres
Cadremploi insuffle de l’optimisme dans sa nouvelle campagne

Un an après avoir dévoilé sa nouvelle identité visuelle, Cadremploi a souhaité traduire sa promesse de donner un coup d’accélérateur à la carrière des cadres. Comment ? En lançant une vaste campagne de communication. Diffusée en TV, en radio et sur le web jusqu’à mi-décembre, cette opération d’1,5 million d’euros encourage les cadres à lâcher leur attaché-case pour saisir les opportunités qu’offre le marché de l’emploi, de nouveau dynamique.

Chaque année, Cadremploi squatte les écrans TV et les stations radio pour valoriser sa marque auprès des cadres et des dirigeants. L’année 2016 ne déroge pas à la règle. Depuis cette semaine, une nouvelle campagne publicitaire incarne sa baseline : "Cadremploi, Accélérateur de carrière". Celle-ci se décline en quatre temps forts : le sponsoring de la météo sur BFMTV via des sports de 6 à 8 secondes, des passages publicitaires sur France Info, le sponsoring des matches des équipes de France masculine et féminine de rugby sur France 2 (avec 78 présences) et France 4 (63 présences) ainsi que le sponsoring de l’émission hebdomadaire "Sept à Huit" sur TF1. Via ce nouveau plan média, Cadremploi souhaite communiquer sa bonne humeur. "Le marché de l’emploi cadres est de nouveau en situation de plein emploi. Pourtant, trop peu de candidats le savent. Notre volonté est de les encourager à sortir de leur zone de confort et à saisir les opportunités de carrière afin d’être heureux au travail. Après avoir vécu une période difficile, il est temps d’oser et de se faire plaisir !", explique Vincent Monfort, directeur de la communication. Pour véhiculer ce message, le jobboard a choisi un ton léger et décalé. Exit les cadres en costume gris, cravate ajustée et accroché à leur attaché-case ! Les personnages mis en scène dans les spots TV sont en tenue décontractée, tantôt agglutinés sous un parapluie, tantôt en situation de mêlée, un ballon de rugby à la main.

Le smart matching, un chantier prioritaire

Pour conquérir la nouvelle génération de cadres, Cadremploi a également décliné sa campagne sur YouTube, au travers de trois spots vitaminés. "C’est la première fois que nous utilisons ce support comme un média à part entière. Il va nous permettre de conquérir de nouveaux publics tout en illustrant les notions d’accélération, de goût du challenge et de dépassement de soi", explique Vincent Monfort. Au total, ce plan média, qui devrait également trouver de l’écho sur Twitter et Facebook, a nécessité un investissement d’1,5 million d’euros, contre environ 1,2 million pour la précédente campagne. Des sommes, certes importantes, mais qui permettent au jobboard aux 14 millions de pages vues par mois de poursuivre son développement. "En un an, Cadremploi a enregistré une hausse de 21 % de son volume d’offres d’emploi et de 23 % du nombre de candidatures. Si le site s’inscrit dans une belle dynamique, c’est grâce à ses constantes améliorations et à ses prises de paroles répétées", estime-t-il. Et ça se traduit dans les chiffres. Depuis le début de l’année, les revenus du jobboard ont ainsi augmenté de 19 %. Une croissance qui devrait permettre à Cadremploi d’accélérer sur trois axes : le mobile (qui représente 50 % de son trafic), la vidéo et le smart matching. "Grâce aux technologies du Big Data, nous pouvons désormais suggérer des CV aux recruteurs et des offres d’emploi aux candidats. Et ce n’est que le début…", prévient Vincent Monfort.

Transférer cet article à un ami