"Nous développons une nouvelle approche de cloud platform", S. Hagège, Workday


Par Gaëlle Fillion | le vendredi 05 janvier 2018 | SIRH SaaS
"Nous développons une nouvelle approche de cloud platform", S. Hagège, Workday

Pionnier du cloud, le très secret éditeur américain d’une solution qui allie RH, paie et finance détaille plusieurs nouveautés destinées à ses 1900 clients dans le monde (dont 250 en Europe). Si ces innovations sont totalement différentes sur la forme, elles semblent toutefois avoir un motto commun : donner du sens à la data. Interview de Sabine Hagège, Directrice Produit de Workday.

En quoi consiste « Benchmarking », la première brique de votre nouvelle offre Data as a Service ?

Workday se distingue par une offre unifiée pour la finance et les RH. Autrement dit, toutes les données pertinentes sont partagées dans une application unique. L’objectif de cette première fonctionnalité DaaS/Benchmarking est de permettre à nos clients de se mesurer à leurs pairs, sur la base d’indicateurs de performance. Ils peuvent par exemple comparer leur taux de turnover, la répartition hommes/femmes de l’effectif le « span of control », [le nombre d’employés par manager], etc… avec d’autres entreprises de taille similaire dans leur secteur d’activité.  Pour avoir accès à ces informations, qui sont bien sûr anonymisées, l’entreprise doit « opter », pour activer la fonctionnalité. Elle accepte ainsi de fournir ses propres données et peut choisir les indicateurs qu’elle souhaite ou non obtenir et partager.  Il s’agit d’une offre gratuite. 170 entreprises ont déjà opté, soit environ 10 % de nos clients. A terme, Workday veut tirer parti des données apportées par chaque client et articuler cette offre DaaS avec du prédictif, de l’open-data ou d’autres données externes.

Où en êtes-vous du lancement de Workday Prism Analytics que vous avez annoncé l’an dernier ?

C’est une nouvelle offre qui fait l’objet d’une souscription complémentaire. Prism Anatytics s’appuie sur notre rachat, en 2016, de Platfora, une société spécialisée dans le rapatriement de données provenant de plusieurs systèmes. Workday bénéficie de capacités d’analyse très sophistiquées. La grande force de cette nouvelle solution est d’importer dans l’application Workday des données tierces, issues de Salesforce par exemple, pour les relier à des données gérées dans notre système et les sécuriser avec notre technologie. Toujours en préservant l’unification et la cohérence de notre produit, car c’est ce qui fait notre différence. Dans un call center, Prism permet par exemple d’évaluer le niveau de satisfaction client équipe par équipe. Autre cas : dans le domaine industriel, l’outil peut récupérer des données relatives à la production et ainsi évaluer la productivité de chaque équipe, les croiser avec les indicateurs liés à la sécurité, etc.

Quels sont les priorités de Workday en France pour 2018 ?

Notre offre paie, lancée en France en 2016, est en cours de déploiement chez plusieurs clients ; les premières livraisons interviendront en 2018. Cela fait partie de nos gros chantiers.  En 2018, et dans le prolongement de ce que nous avions commencé l’an dernier, nous allons mettre un important focus sur les ETI françaises, avec des offres qui leur sont adressées. Nous travaillons déjà avec Criteo sur les RH ou sur Blablacar pour la finance, en parallèle des grands groupes comme Sanofi ou Airbus, par exemple.  En France, nos clients n’ont pas encore déployé la solution Learning.

Plus largement, avez-vous d’autres grands chantiers ‘produits’ cette année ?

Nous développons de manière incrémentale une nouvelle approche de cloud platform. Dans ce cadre, nous voulons proposer une expérience sur mesure aux collaborateurs avec des contenus personnalisés et des capacités de recherche avancées par le biais d’un chatbot. Cet outil « People Experience » sera voué à remplacer le portail d’entreprise. A ce jour, nous n’avons pas encore déterminé la façon dont l’offre sera commercialisée. Nous allons aussi continuer à renforcer les offres DaaS et Prism, notamment pour développer les capacités de data-visualisation

Quelle est la part du marché français chez Workday ?

Nous sommes en forte croissance chez Workday France, à la fois en termes de revenus et d’employés. Nous ne communiquons pas nos chiffres par pays. La proportion de clients dont le siège est en Europe est aussi en forte hausse, soit plus de 250 clients aujourd’hui sur 1900 au total. Sur près de 8000 collaborateurs dans le monde, nous sommes 1300 en Europe, dont la moitié à Dublin où sont basées les équipes produit et support. 

Transférer cet article à un ami