"Notre SIRH peut être utilisé à l’aveugle, sans aucune formation", Xavier Vilain, Orinea


Par Aurélie Tachot | le mercredi 01 juillet 2015 | SIRH SaaS
"Notre SIRH peut être utilisé à l’aveugle, sans aucune formation", Xavier Vilain, Orinea

Forte d’une dizaine d’années d’expérience, la société Orinea semble trouver sa place sur le segment des start-up et des PME. Plébiscité par une vingtaine d’entreprises, son SIRH Nicoka, qui a vu le jour en début d’année, se veut maniable, intuitif, simple… et financièrement compétitif, comme l’explique Xavier Vilain, directeur général.

Qu’est-ce qui caractérise votre SIRH ?

Nicoka une solution de gestion des ressources humaines qui est entièrement modulable. Puisque son design est articulé autour d’un cube, elle permet aux entreprises de s’outiller brique par brique, en fonction de leurs besoins en recrutement, gestion des congés, suivi des temps… Sa particularité, c’est qu’elle dispose d’une ergonomie simple. Lorsque nous avons travaillé sur son développement, nous sommes restés concentrés sur l’usage. Puisqu’elle s’inspire des standards de Facebook et Google, elle peut donc être utilisée à l’aveugle, sans formation, par les managers comme par les salariés, qui peuvent accéder à la plateforme pour poser leurs demandes de congés, de formations…

Plusieurs éditeurs de SIRH adressent déjà le marché des PME. Y a t-il encore de la place pour un acteur comme Orinea ?

A nos yeux, il n’existait pas de solution SaaS qui soit à la fois simple et exhaustive. Contrairement aux autres outils du marché qui demandent aux utilisateurs de rentrer des codes pour gérer certains processus RH, le nôtre permet de mener de nombreuses actions par de simples « drag & drop », notamment pour la partie gestion des temps, qui est souvent vécu comme un casse-tête. Notre SIRH intègre également un module de Business Intelligence et permet donc aux RH de piloter leurs activités à partir de données analysées. Enfin, nos tarifs sont beaucoup plus compétitifs puisque notre solution coûte, en moyenne, entre 6 et 7 euros par mois et par utilisateur.

Quels projets allez-vous mener ces prochains mois ?

Notre ambition est d’offrir un outil très complet en matière de services. Nous devrions donc enrichir notre SIRH de nouvelles briques en gestion des talents et en formation, auxquelles les entreprises pourront souscrire via l’onglet « Store » de notre solution. En parallèle, nous développerons un outil de CRM, qui sera notamment composé de briques en gestion de la facturation et de la logistique. Nous devrions aussi optimiser l’ensemble de nos modules afin qu’ils soient davantage accessibles sur tablettes et smartphones, y compris en mode déconnecté. Enfin, cette année, nous espérons accélérer sur le marché anglo-saxon, où nous dénombrons déjà deux start-up parmi nos clients.

Transférer cet article à un ami