La transformation numérique doit entendre et booster la fonction RH


Le mercredi 27 septembre 2017 | Publi-reportage - Conseil SIRH
La transformation numérique doit entendre et booster la fonction RH

On a encore une vision biaisée et réductrice de la fonction RH qui - de son côté - cherche un véritable rôle de business partner pour l’entreprise et aspire à prendre une part croissante dans le décisionnel. Les nouveaux outils du numérique doivent tenir compte de ce mouvement déjà largement initié sous peine de faire flop à plus ou moins long terme.

« La fonction RH démontre de l’appétence pour l’innovation technologique, mais il faut du sens, de la fluidité, bref que ce soit facile à utiliser ». Pour Jean-Christophe Cicile, Directeur Commercial d’Altays, l’éditeur de la Suite Altays pour les RH, confronté très directement aux besoins des entreprises dans les domaines - entre autres - du recrutement, de la mobilité des entretiens, des people reviews ou des plans de succession, les nouveaux outils numériques se doivent d’allier efficacité, agilité et – risquons le mot – intelligence.

« Idéalement la fonction RH souhaite avoir un outil assez performant pour aller chercher le plus simplement du monde les données dans un Datamart et les lier ensemble. Par exemple, en matière de recrutement ou de mobilité, si on peut élargir le sourcing tout en le rendant plus qualitatif, alors c’est gagné ! », ajoute-t-il.

L’apport du numérique, s’il est appliqué judicieusement doit donc mettre à disposition de la fonction RH de plus en plus d’informations qualifiées pour lui permettre de piloter avec le plus d’arguments possibles, le recrutement, la mobilité, la fidélisation ou l’évolution des talents.

Faciliter le pilotage

Tous les domaines RH sont désormais impactés et peuvent être reliés pour faciliter les actions, la gouvernance et les prises de décision. Par exemple Altays met actuellement l’accent sur les plans de succession, un sujet fondamental pour les entreprises et qui embarque beaucoup d’autres problématiques traitées par ailleurs dans sa suite RH.

« Elargir la fonction, faciliter le pilotage, c’est bien mais cela ne peut réussir qu’à la condition de réduire le temps de traitement sur l’ensemble des process, une chose à ne jamais perdre de vue car c’est une des demandes fondamentales exprimées par le terrain » continue Jean-Christophe Cicile.
Gain de temps, gain de QVT pour la fonction RH, mais aussi pour les salariés encouragés à se responsabiliser plus, à s’exprimer à l’aide de ces nouveaux outils intelligents – dans un esprit de « partenariat » productif – tellement les intérêts des uns et des autres se révèlent imbriqués.

Jean-Christophe Cicile rappelle aussi que la fonction RH est là pour aider les managers qui subissent de fortes pressions et il conclut dans un demi-sourire « puisque la Suite Altays est là pour aider les RH on peut dire qu’elle contribue alors certainement à réduire les tensions dans l’entreprise ! ».

Pour en savoir plus : http://www.altays.com

Transférer cet article à un ami