Bot : Sopra HR Software passe à la vitesse supérieure


Par Aurélie Tachot | le mardi 21 mars 2017 | SIRH SaaS
Bot : Sopra HR Software passe à la vitesse supérieure

L’invasion des robots continue ! Après Oracle, c’est au tour de Sopra HR Software d’intégrer un agent conversationnel dans son SIRH. La particularité de ce nouveau chatbot, c’est qu’il s’appuie sur la méthode « Robotic Process Automation », qui permet d’automatiser des tâches répétitives comme la création de formulaires administratifs et de contrats de travail.

En décrivant leur bot « d’assistant virtuel », les éditeurs de solutions RH donnaient, jusqu’ici, dans l’exagération. Avec l’émergence de la méthode RPA (Robotic Process Automation), ce surnom sera davantage mérité. Il suffit de s’intéresser au chatbot développé par Sopra HR Software à l’occasion du salon Solutions Ressources Humaines pour s’en convaincre. "Aujourd’hui, les directions RH se sont centralisées : il n’est donc plus possible de taper à la porte d’un RRH pour avoir une réponse à une question. Pour aider les entreprises à offrir de meilleurs services à leurs salariés, nous avons donc travaillé, via notre Lab, sur la conception de chatbots permettant d’assister les salariés, les managers et les RH sur des procédures RH, et parfois de se substituer à eux", explique Véronique Montamat, directrice marketing et communication de Sopra HR. En travaillant sur ce que l’éditeur appelle « la RH augmentée », Sopra espère ainsi booster la productivité des professionnels RH, "souvent engorgés dans un champ de contraintes financières", constate-t-elle.

Le bot remplit les demandes de congés…

Côté salarié, le chatbot Sopra HR Software réserve quelques surprises. Il se différencie par sa capacité à conseiller un individu en fonction de ses habitudes. "Lorsqu’un salarié veut poser des congés, le bot est capable de lui indiquer quelles ont été ses précédentes habitudes de vacances. S’il part toujours la première semaine d’août, il pourra le lui rappeler. Il est également en mesure d’alerter le salarié s’il souhaite partir en même temps que ses collègues et si l’organisation de son équipe est ainsi mise à mal. S’il doit suivre une formation pendant les dates présumées de ses vacances, il pourra également le lui remémorer", illustre Véronique Montamat. Grâce à la fameuse méthode RPA, le bot ne s’arrête toutefois pas là. Il peut aussi prendre la main sur les tâches que le salarié doit réaliser pour finaliser une démarche RH. Pour continuer sur le même exemple, le chatbot est capable de remplir le formulaire de demande de congé à la place du collaborateur, de l’envoyer au manager, voire même de l’intégrer automatiquement au workflow de validations de l’entreprise.

… et rédige les contrats de travail

Côté RH, les bots méritent également le surnom « d’assistant virtuel ». Toujours grâce à cette méthode d’automatisation, le chatbot de Sopra peut, par exemple, se substituer au gestionnaire RH dans la rédaction des contrats de travail. C’est particulièrement intéressant pour les recruteurs de la grande distribution devant rédiger plusieurs centaines de contrats juste avant les soldes. "Les mises en application des bots sont nombreuses : il est possible de faire apprendre certaines tâches mécaniques à un chatbot, tout comme il est possible de l’éduquer avec des connaissances contractuelles afin de lui permettre de choisir quel type de contrat de travail est le mieux adapté à un individu", explique Véronique Montamat. Dans le cas d’un salarié qui changerait de situation familiale, le bot peut enfin lister les démarches à effectuer, rappeler aux gestionnaires RH de transmettre l’information à la mutuelle, d’enclencher le versement d’une prime de mariage… Autant d’avancées qui devraient soulager la fonction RH, encore trop freinée par des tâches à faible valeur ajoutée.

Transférer cet article à un ami