« Après les Etats-Unis, la France est le pays dans lequel nos investissements en termes de R&D sont les plus importants », Chano Fernandez, Workday


Le jeudi 15 janvier 2015 | SIRH SaaS
"Après les Etats-Unis, la France est le pays dans lequel nos investissements en termes de R&D sont l - D.R.
Après avoir conquis les Etats-Unis, sa terre natale, l’éditeur de solutions SaaS Workday souhaite accélérer son développement en Europe, où il dénombre déjà 400 salariés sur ses 3500 au total. Tout comme la Grande Bretagne, la France fait désormais partie de ses priorités, comme l’explique Chano Fernandez, président EMEA de Workday

Quel bilan tirez-vous de l’année 2014 ?

Nous sommes satisfaits de la progression de Workday en 2014. Durant notre dernier trimestre, qui s’est achevé fin octobre, nos revenus globaux ont augmenté de 68 % par rapport au troisième trimestre de l’année précédente, pour arriver à 215,1 millions de dollars. En France, nous avons déployé un projet conséquent avec Sanofi, qui s’est outillé, à l’échelle mondiale, de notre solution de gestion du capital humain afin d’unifier ses processus RH. En 2014, nous avons également accéléré sur le champ du mobile, qui est le support d’avenir pour les logiciels RH. L’application Workday Recruiting, que nous avons lancée en mai dernier au sein de notre suite Workday 22, incarne parfaitement notre stratégie qui consiste à concevoir d’abord nos outils pour une utilisation mobile.

Quel est le niveau de maturité de la France par rapport aux autres pays européens ?

La vague d’adoption du cloud touche l’Europe entière. Le marché français ne fait pas exception à la règle. Il devient même de plus en plus mature vis-à-vis de ces technologies. Ce qui est nouveau, c’est que les professionnels RH français travaillant au sein des grands comptes ne semblent plus freinés par les aspects liés à la sécurité des données hébergées dans le cloud. Ils se sont affranchis de leurs craintes et ont désormais compris les bénéfices business qu’ils peuvent en tirer. Ils sont donc prêts à s’outiller d’une plateforme dédiée pour gérer et fidéliser leurs talents.

Selon vous, à quoi ressembleront les logiciels RH de demain ?

Je pense que les futurs outils de gestion des talents seront davantage orientés vers l’utilisateur, comme le sont aujourd’hui les réseaux Facebook, LinkedIn, Google+… L’avantage, c’est que les individus trouveront facilement leur place dans ces logiciels de demain. Les nouvelles générations, notamment les Millenials, les ont déjà adoptés car ils les utilisent dans leur sphère personnelle. Le Big Data devrait également fortement influencer la manière dont nous concevons nos logiciels. L’analyse prédictive permettra, par exemple, d’améliorer les plans de rétention des talents des entreprises.

Quels modules devraient prochainement être lancés sur le marché français ?

La majorité des modules que nous avons développés ont été lancés en France car, après les Etats-Unis, l’Hexagone est le pays dans lequel nos investissements en termes de R&D sont les plus importants. En 2015, l’application Workday Recruiting devrait être traduite en français puis en espagnol. Notre module de paie Workday Payroll devrait également voir le jour en Grande Bretagne puis en France, d’ici 2016. Notre ambition n’est pas de nous lancer sur le segment des petites entreprises mais de continuer à convaincre les grands comptes, grâce à notre double casquette en RH et finance. Aujourd’hui, plus de 700 nous ont déjà fait confiance à travers le monde.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami