Altays lance un SIRH "à la carte"


Par Aurélie Tachot | le jeudi 17 mars 2016 | SIRH SaaS
Altays lance un SIRH "à la carte"

Après trois ans de R&D, l’éditeur Altays lance, ce mardi, une suite logicielle couvrant un large spectre d’activités RH, depuis le recrutement jusqu’aux relations sociales en passant par le développement des compétences. Une solution 100 % SaaS qui promet aux entreprises de se constituer, à la carte, un portail RH constitué de modules évolutifs. Explications.

Changement de positionnement pour Altays ! L’éditeur de solutions logicielles en mode SaaS qui était, jusqu’ici, uniquement spécialisé dans le recrutement et ses activités périphériques, vient d’achever le développement d’une offre plus globale, abordant également la mobilité, le développement des compétences et de la performance, les relations sociales et le réglementaire. "Ce sont nos clients grands comptes qui nous ont encouragés à élargir notre périmètre fonctionnel et à créer une solution plus globale", explique Yann Guezennec, directeur d’Altays, qui a gagné 200 nouveaux clients au cours de l’année passée. Concrètement, ce SIRH, qui est disponible en cinq langues, comprend des modules dédiés au recrutement, à l’entretien annuel d’évaluation, à l’entretien professionnel, à l’évaluation à 360°, à la GPEC (qui embarque un outil de business intelligence), à la gestion des rémunérations, à la BDES, au dossier des salariés, à la gestion administrative (lui-même enrichi d’un système de workflow)…

Une suite RH ouverte aux solutions tierces

Outre des fonctionnalités inédites (sur la gestion des alternants, par exemple), l’une des spécificités de cette suite RH, sur laquelle l’ensemble des clients d’Altays a désormais migré, c’est qu’elle est modulaire. "Notre volonté n’était pas d’imposer tous les modules qui la composent à nos clients. Nous l’avons donc développée comme un outil qui puisse communiquer avec les solutions tierces du marché, notamment celles qui sont spécialisées dans le segment de la paie, sur lequel nous ne souhaitons pas nous positionner", indique Yann Guezennec. Concrètement, cela signifie que les entreprises peuvent se constituer un portail RH « à la carte » en choisissant les modules de la suite Altays et/ou ceux des autres éditeurs du marché. Une ouverture qui se traduit dans les droits d’accès à la solution, qui peuvent être personnalisés en fonction de chaque typologie d’utilisateurs. Mais aussi dans l’évolutivité des modules. "Lorsque de nouveaux besoins émergent chez nos clients, nous sommes capables de les prendre en compte et de les mutualiser à l’ensemble de nos clients", illustre le directeur d’Altays.

Les ETI en ligne de mire

La modularité du SIRH d’Altays devrait également se traduire dans son modèle économique. "La commercialisation repose sur un abonnement, dont le prix varie en fonction du nombre de modules retenu par l’entreprise", explique Yann Guezennec. En lançant cette nouvelle couche applicative, qui a nécessité trois années de R&D, l’ambition d’Altays est claire : "devenir un acteur majeur de solutions RH sur le marché des grandes et des moyennes entreprises, friandes des solutions à la carte", annonce le directeur, qui a vu les revenus de sa société augmenter de 20 % en 2015. Cette année, un autre projet devrait enfin occuper Altays. "Jusqu’ici, nous nous laissions portés par l’implantation de nos clients à l’international. Maintenant que nous couvrons toutes les spécificités françaises, nous allons sérieusement considérer cette dimension et faire nos premiers pas, en propre, à l’étranger", confie-il. Un projet qui pourrait être encouragé par une levée de fonds. Une grande première pour cette société autofinancée depuis son lancement en 1998 !

Transférer cet article à un ami