Citizen Act : le training game responsable de la Société Générale


Le mardi 30 novembre 2010 | Serious game
Citizen Act : le training game responsable de la Société Générale

La banque invite les étudiants des quatre coins de la planète à réfléchir sur la Responsabilité sociale et environnementale (RSE) à l’occasion de Citizen Act. Un jeu d’entreprise novateur qui permet à la Société Générale de repérer ses futurs collaborateurs.

Imaginer les pratiques responsables de la banque de demain : tel est le thème de la 5e édition du training game de la Société Générale. Lancé en septembre 2006, Citizen Act s’adresse aux étudiants du monde entier, de niveau Bac +4, issus d’universités ou de grandes écoles et intéressés par les enjeux de la Responsabilité sociale et environnementale (RSE). Son objectif est double : faire découvrir la pluralité des métiers de la banque et repérer les futurs talents. « Les liens tissés entre les participants et nos collaborateurs donnent parfois lieu à des stages, des contrats en alternance, voire même des recrutements », assure Laurence Lavanant, responsable du Campus Management au sein de la Société Générale.

Une sélection drastique !

Les étudiants tentés par le challenge ont jusqu’au 5 décembre pour déposer, par équipe de trois, un pré-projet sur le site de Citizen Act. Un jury composé de collaborateurs de la Société Générale (managers, responsables d’achat, responsables financement…) ainsi que d’experts de la RSE se chargera ensuite de sélectionner 45 équipes. Celles-ci seront conviées à un « Opening Meeting » en février prochain à Paris. « Les candidats pourront y rencontrer des coachs qui les aideront à creuser leur projet et participer à des workshops sur la responsabilité sociale et environnementale. » Mais aussi sur l’élaboration d’un business plan, les benchmarks RSE…

À l’issue de ces rencontres, les candidats auront six semaines pour peaufiner leur projet sur un Wikiblog. « En parallèle, ils devront créer le buzz sur leur travail et remporter l’adhésion d’un maximum de personnes, notamment via les réseaux sociaux. Un « buzz meter » évaluera la notoriété de leur projet en temps réel. » Enfin, les dix meilleures équipes soutiendront, en avril, leur projet devant le jury d’experts et de top managers du groupe à l’occasion du « Final Contest », la dernière épreuve de la compétition. Les trois équipes lauréates seront récompensées d’un voyage « responsable » d’une valeur de 2 000 à 5 000 euros. Les collaborateurs de la Société Générale, quant à eux, décerneront un Prix spécial.

Une boîte à outils étoffée

Cas pédagogiques, contenus vidéos, quizz, conseils d’experts… Pour accompagner les participants dans l’élaboration de leurs projets, la Société Générale a souhaité mettre en ligne un vaste panel de ressources pédagogiques. « Cette année, nous avons enrichi notre site web de contenu sur la RSE. Désormais, les étudiants peuvent suivre, par exemple, une courte formation sur les fondamentaux de la RSE via un module de e-learning », explique Laurence Lavanant.

L’an dernier, rappelons que 180 équipes, dispersées dans plus de 24 pays du globe, étaient en lice. « Citizen Act grandit en périmètre et en rayonnement. Actuellement, nous dénombrons une soixantaine d’équipes inscrites. L’an dernier, à la même époque, il n’y en avait que quarante… », se réjouit-elle.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami