MyJobCompany lève 650 000 €


Le lundi 14 janvier 2013 | Réseaux Sociaux
MyJobCompany lève 650 000 € - D.R.
Le site de recrutement par cooptation boucle sa première levée de fonds auprès de plusieurs investisseurs : les associations Essec Business Angels, Paris Business Angels, Femmes Business Angels et Martel Finance, ainsi que des acteurs individuels. De quoi assurer le développement de cette start-up qui promet de dépoussiérer les pratiques du recrutement



Lancé fin 2011, MyJobCompany.com propose de rémunérer quiconque accepte d’utiliser son réseau - Facebook, Viadeo, LinkedIn, etc. - pour diffuser une offre d’emploi. Le « diffuseur » touche en effet une prime dès lors qu’il est en mesure de transmettre un CV pertinent au recruteur ou, mieux, de contribuer à l’embauche du contact coopté. Au terme d’un an d’activité, 10 000 diffuseurs se sont laissé séduire par le concept. Avec 57 recrutements et 200 clients revendiqués à ce jour, la start-up se rémunère grâce aux annonces qu’elle référence sur son site - 99 € l’unité - mais aussi à travers un pourcentage de 30 % prélevé sur chaque prime accordée. Suite à ce premier tour de table, les co-fondateurs Grégory Herbé, Boris Sirbey et Cédric Cohen-Lemberg restent majoritaires.

Objectifs ambitieux

Chantier prioritaire en 2013 : développer les communautés. « Nous souhaitons atteindre 100 000 diffuseurs d’ici la fin de l’année » indique Grégory Herbé, PDG de MyJobCompany. Pour ce faire, un spécialiste des réseaux sociaux rejoindra prochainement les rangs de cette TPE de 6 personnes. La start-up entend en effet identifier des leaders d’opinion spécialisés, voués à diffuser des annonces dans leurs réseaux de niche : chasseurs de têtes ou chefs d’entreprise par exemple. « Faire appel à ces « power recruiters » professionnalise notre offre, et nous permettra d’avoir différents niveaux de service » observe Grégory Herbé. Des moyens seront par ailleurs déployés en communication pour renforcer la notoriété du site.

Autre levier de développement : un logiciel en marque blanche, qui est pour l’instant en phase beta chez 4 clients pilotes. « La solution sera commercialisée à partir du mois de mars sur la base d’un tarif équivalent à 1 € par utilisateur et par mois »  précise le fondateur. La cible : des grandes entreprises qui souhaiteraient renforcer leur politique de cooptation. 

Développement industriel

Cette levée de fonds permettra en outre à MyJobCompany d’élargir son champ d’action. Très rapidement, l’entreprise prévoit en effet de se développer en Amérique Latine « où la croissance est de plus de 8 % et les besoins de recrutement énormes » rappelle Grégory Herbé. L’entreprise est par ailleurs en train d’imaginer un système de « matching » entre candidats et postes à pourvoir, pour un lancement fin 2013. A l’image d’un site de rencontres, un candidat pourra passer des tests en ligne pour dresser son profil et définir ses savoir-faire et savoir-être. Qui seront ensuite comparés avec le besoin des annonces. Un nouveau modèle de recrutement sans CV, en somme.

Gaelle Fillion

Transférer cet article à un ami