Les recruteurs encore peu actifs sur les réseaux sociaux


Le mercredi 18 décembre 2013 | Réseaux Sociaux
Les recruteurs encore peu actifs sur les réseaux sociaux - D.R.
S’ils sont devenus le nouvel allié des candidats, les réseaux sociaux professionnels peinent encore à être apprivoisés par les recruteurs, d’après une étude menée par l’institut Harris Interactive pour Viadeo et l’ACCE. Seuls 8 % d’entre eux utiliseraient cet outil pour recruter

Certes, l’histoire des réseaux sociaux professionnels ne fait que commencer. Pour autant, les recruteurs afficheraient-ils déjà un retard vis-à-vis des candidats dans leur usage ? Les résultats d’une enquête menée en septembre dernier auprès des actifs et des recruteurs pour Viadeo et le syndicat professionnel des agences-conseils en communication pour l’emploi (ACCE) sont unanimes : « l’utilisation des réseaux sociaux n’est pas totalement entrée dans les mœurs des recruteurs français », souligne Jean-Daniel Lévy, directeur du département Politique & Opinion chez Harris Interactive. Si 26 % d’entre eux disposent d’un profil, seuls 21 % utilisent cet outil dans le cadre de leurs fonctions et 8 % s’en servent pour embaucher. Des pourcentages relativement faibles alors qu’un quart de la population active l’a déjà investi pour rester à l’écoute des opportunités, mener une recherche active d’emploi, être visible ou trouver des contacts utiles. Pour Didier Pitelet, président de l’ACCE, « les résultats de cette étude prouvent que les entreprises ont pris du retard dans leur virage digital, faute d’investissement économique, tandis que les citoyens font des réseaux sociaux un levier de démocratie directe. »

Un canal de recrutement jugé incontournable

Si les recruteurs n’ont pas encore généralisé leur usage des réseaux sociaux, « ils semblent toutefois conscients des bénéfices qu’ils peuvent en tirer », décrypte Jean-Daniel Lévy. D’après l’étude, 74 % estiment que l’outil facilite l’accès aux candidats. Parmi les autres qualités attribuées aux réseaux sociaux, les professionnels RH citent la facilité des échanges, la rapidité d’information, l’ouverture de son sourcing à de nouveaux profils… Même s’ils ne se sont pas encore emparés de cet outil, les recruteurs formalisent de fortes attentes d’évolution vis-à-vis de lui : 45 % souhaiteraient consulter plus de candidatures, 37 % aimeraient trouver davantage d’informations sur le marché de l’emploi et 21 % désireraient plus d’échanges avec de potentiels candidats. A l’avenir, les RH pensent recruter grâce au bouche-à-oreille (58 %), à Pôle emploi (42 %) et aux réseaux sociaux professionnels (12 %). Pour Olivier Fécherolle, directeur général stratégie et développement de Viadeo, « les réseaux sociaux sonnent le glas de la gestion des ressources humaines traditionnelle au profit d’un management de la relation. Ils posent comme postulat que l’entreprise développe une culture digitale fondée sur la transparence. »

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami