« Le recrutement social n’en est qu'à ses débuts » Olivier Fécherolle, Viadeo


Le vendredi 01 août 2014 | Réseaux Sociaux
« Le recrutement social n’en est qu'à ses débuts »  Olivier Fécherolle, Viadeo - D.R.

Le 2 juillet dernier, Viadeo est entré en bourse. Une étape clé dans le développement de ce réseau social professionnel créé en France en 2004. Le prix de l’action fixé à 17,10 euros a valorisé la société à 172 millions d’euros. Une très belle réussite pour une start-up française !

Cette opération a surtout permis à Viadeo d’augmenter ses fonds propres de 32,7 millions d’euros. Une forte somme qui va lui permettre d’accélérer son développement commercial en France et en Chine. Les deux marchés prioritaires.

Tout au long du processus d’entrée en bourse, Viadeo a mis en avant son offre recrutement. Avec près de 9 millions de membres actifs en France, Viadeo possède l’une des plus belles CVthèques de candidats passifs du marché. Sur un chiffre d’affaires total de 30 millions d’euros en 2013,  les services recrutement ont ainsi généré 8,8 millions d’euros. Des revenus « emploi » qui place Viadeo dans le Top 5 des job-boards en France en terme de CA. Et ce n’est qu’un début, Viadeo s’attend à une croissance à deux chiffres pour son service emploi au cours des prochaines années.

Olivier Fécherolle, Directeur Général Stratégie & Développement chez Viadeo, connaît bien la mécanique des entrées en bourse. En mars 2007, il avait participé activement à l’introduction en bourse d’Adenclassifieds. Ce groupe avait alors levé 53 millions d’euros pour une valorisation de 235 millions d’euros. Le chiffre d’affaires d’Adenclassifieds était alors de 33,3 millions d’euros.

Olivier Fécherolle revient pour nous sur la riche actualité des dernières semaines et nous présente les objectifs de la société suite à cette introduction.

Quel bilan tirez-vous de votre introduction en bourse ?

Un bilan très positif. C’est toujours une période très intense. Il y avait beaucoup de sociétés qui sollicitaient les investisseurs avec un très grand nombre d’introductions. Et la confiance qu’ils ont accordée à Viadeo est très encourageante.

C’est une étape importante dans la vie d’une société. Et pour Viadeo, cette introduction est avant tout un moment clé pour notre développement. Les actionnaires existants et les dirigeants n’ont pas vendus d’actions à l’occasion de cette opération. Bien au contraire, tout le monde reste à bord avec un objectif commun : accélérer notre croissance.

A quoi vont servir l’apport des 32,7 millions d’euros ?

Nous avons clairement deux priorités pour les prochains mois. La première, est de renforcer notre force commerciale en France pour notre offre Recrutement. Nous avons aujourd’hui 25 commerciaux et nous allons compléter nos équipes pour couvrir tous les segments de clientèle.

La seconde priorité est de monétiser notre forte audience en Chine. Nous avons plus de 20 millions de membres dans ce pays et nous gagnons plus de 500 000 nouveaux membres par mois. Notre croissance y est extrêmement soutenue. La monétisation passera par la commercialisation des services emploi et la vente de publicité. Nous avons besoin de beaucoup de commerciaux pour ce pays, beaucoup plus qu’en France.

Pourquoi misez-vous tant sur le recrutement ?

Le recrutement social n’en est qu'à ses débuts. Les recruteurs commencent à découvrir ces nouveaux outils et à savoir bien les utiliser. Le potentiel est très important. De très nombreuses entreprises n’ont encore jamais recruté sur les réseaux sociaux professionnels. Pourtant, les candidats ciblés et actifs y sont.

Cette situation me rappelle le début des job-boards et du e-recrutement. Il y a 10 ans, en 2004, les job-boards étaient installés mais beaucoup d’entreprises ne les utilisaient pas encore. Les Job boards ont alors connu une forte croissance en accompagnant les recruteurs dans ces nouveaux usages. Nous sommes dans le même cas avec le recrutement social.

Allez-vous racheter un job-board en Chine ?

C’est une possibilité mais rien n’est encore arrêté. Le marché de l’emploi en Chine est très tendu. La guerre des talents y est une réalité et les job-boards ont atteint de très belles tailles avec de fortes rentabilités.

Notre priorité est de constituer rapidement une grande force commerciale pour faire connaître nos produits. Une acquisition pourrait nous faire gagner du temps.

Comment vos collaborateurs ont vécu cette introduction ?

C’est sûr qu’une introduction en bourse est un fort facteur de motivation. C’est une source de fierté pour nos collaborateurs et un signe de pérennité pour nos clients. C’est aussi rassurant de savoir que nous avons les moyens de nous développer fortement dans les prochaines années.

Toutefois, il ne faut pas avoir toute son attention fixée sur le cours en bourse. Notre projet s’inscrit sur le long terme. Notre mission est claire : aider les entreprises à profiter de la révolution du recrutement social. Nous veillons donc à ce que nos équipes restent concentrées sur la réalité,  à savoir les nouveaux produits comme Face à Face sorti dernièrement et sur les nouveaux usages comme le mobile. 1 CV sur 4 aujourd’hui sur Viadeo transite par le mobile. Les changements sont rapides et nous travaillons très fortement pour en faire profiter nos membres et nos clients. L’introduction en bourse n’est pas une fin en soi pour Viadeo mais bien un moyen pour aller encore plus loin.

Laurent Pilliet

Transférer cet article à un ami