Figaro Classifieds rachète Golden Bees


Le vendredi 29 novembre 2019 | Réseaux Sociaux
golden bees -
Figaro Classifieds annonce une prise de participation majoritaire dans la start-up Golden Bees. Née en 2015, la jeune pousse aux 10 millions d’euros de revenus édite une plateforme de recrutement programmatique qui permet aux recruteurs de cibler leurs offres d’emploi pour toucher les candidats passifs et d’optimiser l’exposition de leurs annonces auprès des candidats actifs. De quoi amadouer le groupe de presse, qui travaille quotidiennement avec 15 000 recruteurs via ses jobboards dont Cadremploi, Keljob et le réseau social Viadeo. Les futures synergies expliquées par Thibaut Gemignani, CEO de Figaro Classifieds et Jonathan Bordereau, CEO de Golden Bees.

Comment le rapprochement entre vos sociétés s’est-il déroulé ?

Thibaut Gemignani  : Avant de créer Golden Bees, Jonathan Bordereau a été l’un de nos collaborateurs pendant trois ans. Lorsqu’il a quitté notre groupe en 2013 pour rejoindre un acteur de la publicité programmatique, nous sommes restés en contact avec lui. La filiale du Groupe Figaro, CCM Benchmark, était déjà positionnée sur le marché de la publicité programmatique avec la société ZBO Media. Il nous manquait toutefois la couche métier RH pour optimiser les campagnes de recrutement que nous proposions à nos clients. Nous avons alors décidé de nous rapprocher de Golden Bees, que nous suivons depuis son lancement en 2015. Nous avons nous-mêmes testé leurs solutions en diffusant nos propres campagnes de recrutement sur plusieurs sites dont les agrégateurs d’offres d’emploi. Comme cette expérimentation s’est avérée positive, nous prenons aujourd’hui une participation majoritaire dans la société. Pour autant, nous souhaitons qu’elle continue à voler de ses propres ailes. Les quatre fondateurs de Golden Bees resteront donc à bord et bénéficieront d’une grande autonomie.

En quoi la publicité programmatique apporte t-elle de l’efficacité au processus de recrutement ?

Thibaut Gemignani  : Le marché de l’emploi est paradoxal : même si le taux de chômage reste élevé (8,4 % selon les derniers chiffres), une entreprise sur deux déclare rencontrer des difficultés pour recruter. C’est en partie parce qu’il y a beaucoup de dispersions de la part des entreprises sur les manières de recruter. Aujourd’hui, nos solutions permettent de toucher une grande partie du marché, mais certains profils sont moins actifs sur nos plateformes. La publicité programmatique, qui s’est beaucoup développée ces dernières années, permet aux recruteurs d’automatiser la diffusion d’offres d’emploi et de campagnes de recrutement sous forme de publicité ciblée sur l’ensemble des canaux digitaux : les sites web, les réseaux sociaux, les moteurs de recherche comme Google for Jobs et les agrégateurs. C’est cette succession de visibilité qui fait la différence et qui permet aux recruteurs d’accéder à un spectre de postes vraiment plus large.

En quoi Golden Bees se différencie-t-elle de la société ZBO Média, qui appartient au Groupe Figaro ? 

Jonathan Bordereau  : Nous estimons qu’on ne s’adresse pas aux candidats de la même manière qu’aux consommateurs potentiels de produits ou de services. Sur le marché de la publicité programmatique, les acteurs « traditionnels » ne se connectent pas à l’ensemble des sites emplois, notamment aux agrégateurs tels que Jobijoba et Neuvoo, dont l’interfacage demande beaucoup d’investissements techniques. Alors que capter l’attention des candidats est un enjeu clé pour les entreprises, notre particularité est d’avoir la technologie adaptée pour aller les chercher dans des environnements qui ne sont pas dédiés à l’emploi : Facebook, des sites de contenus… Nous constatons qu’ils sont réceptifs, surtout les cadres, qui sont toujours à l’écoute des opportunités du marché. La barrière entre être un candidat passif et actif est très fine chez eux. Notre force, c’est également de faciliter le dépôt de CV. Nous avons automatisé beaucoup d’étapes afin que le partage d’un CV ne soit plus laborieux et se réalise en une ou deux actions. Cette approche permet donc aux recruteurs de maximiser leurs taux de transformation d’un internaute en candidat engagé.

Quelles synergies allez-vous mettre en place ?  

Thibaut Gemignani  : Il y en a beaucoup, à la fois sur le plan marketing, commercial, technologique, produit… Nous travaillons aujourd’hui avec 15 000 recruteurs, que nous allons accompagner vers une solution « à la performance » comme celle de Golden Bees, qui promet un retour sur investissement en adéquation avec les sommes investies. Même si beaucoup d’entreprises s’appuient déjà sur le programmatique (deux tiers de la publicité digitale se base sur le programmatique), nous avons un gros travail de pédagogie à mener. Il nous faudra accompagner la fonction RH, dont la couche technique devient prépondérante dans le métier. Par ailleurs, même si nous disposons de marques positionnées sur plusieurs types de fonction (par exemple Cadremploi pour les cadres), nous ne nous adressions pas à tous les postes du marché de l’emploi. La publicité programmatique va nous permettre de nous adresser à de nouveaux profils et de pénétrer d’autres secteurs d’activité. Enfin, nous voyons dans cette prise de participation l’opportunité de nous développer au-delà de nos frontières, en Europe et plus largement à l’international.

Où en est Golden Bees dans son développement international ?

Jonathan Bordereau  : Depuis notre lancement, nous avons pour ambition d’être un acteur international. Nous disposons aujourd’hui de 200 clients actifs en France et de plus en en plus en Europe dont ING Luxembourg ou encore La STIB. Beaucoup de clients français nous font également confiance pour leurs besoins à l’étranger. Nous avons récemment débuté notre développement au Bénélux. La chance que nous avons, c’est que le marché de la publicité automatisée est mature et se généralise progressivement à l’ensemble des pays européens. Les recruteurs comprennent de mieux en mieux la complémentarité du programmatique par rapport aux offres plus traditionnelles qu’ils utilisent déjà. Nous disposons donc d’un terrain de jeu globale et d’une offre très simple à dupliquer à l’étranger. Nous adosser à un acteur leader du marché de l’emploi sur Internet va nous aider à mener ce projet. Cette stratégie faisait d’ailleurs partie de notre business plan. Dès le lancement de Golden Bees, nous savions qu’un jour nous allions passer par ce stade pour accélérer et continuer à imaginer les technologies de recrutement de demain. 

Par Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami