Faut-il rendre une entreprise attractive même lorsqu’elle ne recrute pas  ?


Le mercredi 06 novembre 2013 | Réseaux Sociaux
Faut-il rendre une entreprise attractive même lorsqu’elle ne recrute pas ? - D.R.
C’est la question que se sont posés des professionnels du recrutement et des experts en médias sociaux, à l’occasion d’une rencontre organisée en septembre par l’agence de communication RH ZComme. Sans surprise, la réponse est tranchée. Les entreprises hésitent souvent à valoriser leur marque employeur et à prendre la parole sur les médias sociaux lorsqu’elles ne sont pas en phase de recrutement

A tort, selon Emilie Pelletier, co-dirigeante de HRM Groupe, pionner québécois du marketing RH, qui estime que rendre son entreprise attractive aux yeux des candidats potentiels est un travail de tous les instants. « Il est primordial de ne pas attendre d’embaucher de nouveaux salariés pour travailler sa stratégie de marque employeur, de sorte que l’entreprise soit facilement visible sur le marché le jour où elle sera de nouveau en phase de recrutement. » Un avis partagé par Didier Dubois, co-dirigeant de HRM Groupe. « Même lorsqu’une entreprise cherche des candidats pour effectuer des remplacements, elle veut les meilleurs profils et doit donc, pour les atteindre, les séduire tout au long de l’année », précise-t-il.

Un discours ajusté au contexte

Ce n’est pas parce qu’une société n’est pas au cœur d’une vaste campagne de communication RH qu’elle doit se détourner des internautes qui suivent son actualité, au risque de perdre toute crédibilité. Pour Franck La Pinta, responsable de la marque employeur à La Société Générale, la prise de parole des entreprises qui ne formulent pas d’intention d’embauche doit juste être différente. « Elle peut être orientée vers le conseil, l’accompagnement, la formation… L’entreprise peut annoncer un évènement comme un forum, un colloque ou relayer un article sur le marché dans lequel elle est positionnée… », illustre-t-il. A défaut de ne pas communiquer sur ses offres d’emplois ou sa variété de métiers, « une entreprise peut diffuser des contenus d’expertise à haute valeur ajoutée, notamment sur Facebook », surenchérit Didier Dubois. Même aussi via les groupes de discussions sur LinkedIn et Viadeo.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami