Acquisition de talents : les trois tendances à suivre


Par Aurélie Tachot | le mardi 26 août 2014 | Réseaux sociaux
Acquisition de talents : les trois tendances à suivre

Une étude réalisée par Human Capital Institute (HCI) et Work4 a récemment donné lieu à un livre blanc intitulé Talent Pulse. En plus de donner des chiffres intéressants, ce nouvel e-book dévoile les grandes tendances à ne pas manquer dans le segment de l’acquisition de talents.

Bâtir une stratégie pour sourcer les candidats passifs

Les candidats passifs intéressent de plus en plus les entreprises. Ces dernières consacrent aujourd’hui 27 % de leur temps à la recherche de ces candidats, d’après une étude menée par HCI et Work4 auprès d’environ 300 professionnels RH nord-américains. Pour optimiser le sourcing de cette cible, les recruteurs ont tout intérêt à bâtir une stratégie dédiée. Cette démarche doit notamment prendre en compte le degré de passivité de ces candidats. Face à un salarié qui n’envisage pas sa carrière dans une autre entreprise que la sienne, l’entreprise doit, par exemple, créer des liens avant de présenter sa politique RH. Selon le livre blanc, le sourcing de candidats passifs peut également être dopé grâce au développement du réseau professionnel de l’entreprise, à la simplification du processus de recrutement et à l’utilisation d’un système de recommandations par les employés.

Capitaliser sur les médias sociaux pour mieux recruter

La plupart des entreprises s’appuient aujourd’hui sur LinkedIn, Twitter et Facebook pour sourcer de nouveaux profils. Bien que 72 % utilisent ces médias sociaux, seules 55 % estiment qu’ils permettent d’interagir avec les candidats. Maintenant que les recruteurs sont visibles sur ces plateformes, ils doivent pourtant transformer leur nombre de "followers" et de "likes" en liens durables. D’après le livre blanc, seul un quart des recruteurs d’entreprises bénéficie de formations dédiées à l’utilisation des médias sociaux, 65 % des sondés connaissent la manière dont les candidats ont connu le nom de leur entreprise et 40 % mesurent l’efficacité de leur actions de recrutement sur les médias sociaux. Or, ce sont les entreprises qui conjuguent ces trois actions - s’entraîner, pister et mesurer - qui réussissent à recruter le plus de candidats et à avoir une perception juste de leur marque employeur.

Construire et peaufiner la marque employeur

Puisque la marque employeur d’une entreprise repose principalement sur la perception de ses employés, il convient de bâtir une stratégie pour faire des salariés de véritables ambassadeurs. Cette démarche peut passer par des choses simples : expliquer aux équipes ce que l’entreprise attend d’elles et rappeler ce qu’elles peuvent recevoir en retour (mobilité, promotion, accompagnement…) via un "Employee Value Proposition" (EVP), tout en restant ouvertes aux éventuels feedbacks et critiques des collaborateurs, qui ont désormais le pouvoir de parler de leur entreprise sur les médias sociaux et les sites comme Glassdoor. A la clé ? Davantage d’embauches de qualité et la possibilité d’attirer les meilleurs talents, d’après l’étude relayée dans le livre blanc. A condition, toutefois, d’accorder autant d’importance à l’image de marque de l’entreprise qu’à sa marque employeur. Un engagement aujourd’hui tenu par seulement 31 % des sondés.

 

Transférer cet article à un ami