4 min 30 avec Stéphane Le Viet, CEO de Work4 Labs


Le vendredi 19 avril 2013 | Réseaux Sociaux
Facebook compte en France 25 millions de membres. Le but de Work4 Labs ? Permettre aux recruteurs de puiser dans ce bassin. Pour y parvenir, Work4 Labs a levé 11 millions de dollars fin 2011. Stéphane Le Viet nous décrit les solutions proposées et revient sur la stratégie emploi de Facebook

Stéphane Le Viet a très vite imaginé le potentiel de Facebook pour le recrutement. 1 milliard de membres dans le monde, c’est 1 milliard de candidats en puissance. Pour développer des outils pertinents et convaincre rapidement les employeurs, Work4 Labs a levé 11 millions de dollars en Californie fin 2011. Cette start-up, avec des bureaux à San Francisco et à Paris, est passée de 2 à 90 employés. Elle compte 18 000 entreprises utilisatrices dont 300 grandes sociétés.

Le mobile et le social étant intimement liés, Work4 Labs propose désormais aux entreprises de leur développer un site recrutement performant sur les terminaux mobiles.

Toutefois, Work4 Labs reste très dépendant de Facebook. En novembre 2012, le réseau social a franchi une étape supplémentaire en lançant aux Etats-Unis son propre job-board référençant 1,7 million d’offres. Work4 Labs est partenaire de cette initiative et ses offres sont reprises sur le site emploi de Facebook.  Mais qu’en sera-t-il demain ? Facebook proposera-t-il des produits directement aux recruteurs à la manière d’un Linkedin ?

Stéphane Le Viet, qui vit en Californie et qui connaît très bien Facebook, répond à ces questions et nous dit pourquoi un recruteur en France doit être aujourd’hui sur Facebook.

Laurent Pilliet

Transférer cet article à un ami