L'Armée de l'Air recrute avec une BD digitale


Par Aurélie Tachot | le vendredi 20 avril 2018 | Recruter sur les réseaux sociaux
L'Armée de l'Air recrute avec une BD digitale

Pour convaincre les jeunes générations de rejoindre ses rangs, l’Armée de l’Air rivalise d’imagination ! Après avoir raconté le quotidien de ses aviateurs au travers de documentaires et d’un photoreportage, l’institution exploite désormais le filon de la BD numérique. Un mode de narration immersif, à même de capter l’attention des militaires ayant soif d’aventures.

Chaque année, ce sont plus de 3000 nouvelles recrues qui rejoignent les équipes de l’Armée de l’Air, que ce soit dans ses métiers de l’aéronautique, l’opérationnel, le support… Un volume de recrutement qui a doublé par rapport à 2014, du fait de la décision du gouvernement d’augmenter les effectifs des armées, suite aux attentats de 2015. Pour atteindre cet objectif, l’institution s’attache à soigner sa marque employeur, au travers de campagnes de recrutement. En juin dernier, l’Armée de l’Air avait déjà fait preuve d’inventivité en réalisant, avec l’agence Havas Paris, la série de portraits « Aviateurs. Histoires vraies », montrant, sur la tonalité d’un documentaire, des professionnels en exercice. Une campagne particulièrement réussie, déclinée sur plusieurs supports : TV, cinéma, réseaux sociaux… Plus récemment, l’institution a souhaité se rendre attractif des jeunes générations, mais aussi de leurs parents comme du corps professoral, en investissant un champ inédit : celui de la bande-dessinée digitale. ʺNotre objectif était de re-susciter l’intérêt des jeunes en s’adaptant à leurs codes. La BD digitale est un format vivant, adapté à la lecture sur smartphones, qui nous permet de nous démarquer et qui casse les principes de la communication institutionnelleʺ, explique le Colonel Chêne, chef du bureau de recrutement de l’Armée de l’Air.

L’histoire d’un mécanicien en mission en Afghanistan

Concrètement, cette bande-dessinée, qui est signée par deux jeunes auteurs repérés au festival international de BD d’Angoulême – Vincent Milhaguet et Camille Prieur – alterne entre les plans fixes et les plans animés en Gif. Elle raconte l’histoire vraie d’un officier mécanicien en mission en Afghanistan, dont l’objectif est de récupérer un Mirage 2000D tombé en pleine zone ennemie. ʺC’est une histoire qui aurait été difficile à tourner sous la forme d’un reportage vidéo. D’autant que cet officier évolue dans un milieu désert, difficile à retranscrire en dehors de l’Afghanistanʺ, précise le Colonel Chêne. Dans cette BD, il ne s’agit pas d’élever le mécanicien au rang de héros, mais plutôt d’axer le récit sur ʺl’expérience et l’engagement des militairesʺ, indique-t-il. De plus en plus populaire chez les jeunes lecteurs de BD classique, la BD numérique (qui est la forme narrative la plus piratée sur le web !) donne une dimension beaucoup plus immersive au récit du personnage. Avec cette création originale, l’Armée de l’Air ne doute pas de l’impact positif que cette campagne aura auprès des futurs recrues. ʺTraditionnellement, à l’issue de chaque prise de parole, nous constatons qu’il y a davantage de candidats qui se rendent dans nos centres d’informations des armées. Notre site web dédié au recrutement connaît, lui aussi, un pic de fréquentationʺ, se réjouit le Colonel Chêne.

Transférer cet article à un ami