Chasser sur LinkedIn : attention aux pièges !


Par Séverine Dégallaix | le mercredi 20 juin 2018 | Recruter sur les réseaux sociaux
Chasser sur LinkedIn : attention aux pièges !

De la perte de temps considérable aux dommages que vous pouvez infliger à votre marque employeur en adoptant de mauvaises pratiques, la chasse sur LinkedIn peut paraître un véritable terrain miné. Apprenez les bonnes pratiques pour un meilleur impact et de meilleurs taux de conversion.

Piège n°1 : Les pratiques à l’ancienne

« L’une des erreurs classiques est de se mettre à la chasse sur LinkedIn en adoptant les mêmes techniques qu’avec d’anciens outils, prévient Pierre-Olivier Jouanny, CEO de Huntool. Or, il y a un changement de paradigme. Le chasseur en tant que personne doit créer des relations humaines avec la cible et non plus adopter uniquement une approche de marque employeur à candidat. » Autrement dit, ne chassez pas avec un profil de société mais avec votre propre compte, et évitez les messages copiés/collés assortis d’un lien « merci de postuler en ligne sur XXX ».

Piège n°2 : La recherche d’un Jedi

« On voit de plus en plus un rejet de la part des candidats de ces approches dites « cool » en mode start-up qui annoncent « je cherche un Jedi du javascript/un ninja du php ». Parler du babyfoot, de l’ambiance, du buffet gratuit, et pas du poste, c’est une mauvaise approche. » Profiter de l’outil pour humaniser la relation, pourquoi pas, mais la clé consiste à rester professionnel et authentique. Vous recherchez, avant tout, un expert pour accomplir un travail.

Piège n°3 : Le spam en masse

Les envois massifs, une bonne technique ? « Elle peut marcher à court terme, reconnaît Pierre-Olivier Jouanny, car dans le lot, quelques destinataires vont répondre. Mais cela a un effet pervers sur la marque employeur, il faut penser long terme. » D’autant qu’en adoptant cette stratégie, les quelques réponses risquent de ne pas être pertinentes.

Piège n°4 : La perte de temps, version candidat

« Chasser plusieurs fois le même candidat dans un lapse de temps réduit, envoyer une offre à quelqu’un dont le profil ne correspond pas… Là aussi, cela a un effet catastrophique en termes de marque employeur. » N’oubliez pas que vous êtes à égalité avec le candidat. Même que si la balance penche d’un côté, c’est plutôt du sien : si vous le chassez, il y a de grandes chances pour qu’il soit un profil pénurique et donc convoité par d’autres. Son temps est précieux, il n’appréciera pas que vous le lui fassiez perdre.

Piège n°5 : La perte de temps, version recruteur

Votre temps est précieux aussi ! Or, « quand on surfe sur LinkedIn, on peut passer énormément de temps à regarder un profil. Adoptez une approche quantitative pour que la chasse ne se résume pas à passer vos journées sur le réseau à faire défiler des profils. » Définissez un nombre de profils à contacter par jour en vous basant sur le taux de conversion lors de vos dernières tentatives pour des postes similaires. 

Transférer cet article à un ami