Salon Solutions RH : 7 innovations à suivre en 2014


Par Aurélie Tachot | le jeudi 27 mars 2014 | Mobilité interne
Salon Solutions RH : 7 innovations à suivre en 2014

Aux côtés des grands acteurs du marché que sont Meta4, Workday, SuccessFactors… de nombreuses entreprises, moins en vue peut être, ont profité du salon Solutions Ressources Humaines pour présenter leurs outils et leurs approches. Parmi elles, sept entreprises innovantes ont retenu notre attention.

1. Wisembly dynamise les réunions

La start-up Wisembly n’a beau exister que depuis trois ans, elle dénombre déjà plus de 400 clients, dont Auchan, Sanofi et Axa. "Notre solution permet aux entreprises de préparer, d’animer et d’assurer le suivi de leurs réunions, séminaires, sessions de formation...", résume Arnaud Gagne, key account manager. L’interface web permet notamment aux animateurs de poser des questions, soumettre des sondages, partager des documents, envoyer des questionnaires de satisfaction…

2. Alcuin prend la suite d’OpenPortal

Suite au redressement judiciaire d’OpenPortal, un nouvel actionnaire a repris les actifs de l’éditeur et crée, en octobre dernier, la société Alcuin. La stratégie de cette nouvelle entité, qui compte investir un tiers de son chiffre d’affaire en R&D, n’a toutefois pas été modifiée. "Nous sommes positionnés sur les mêmes métiers qu’OpenPortal, c’est-à-dire la gestion des talents et de la formation, le SIRH… Le périmètre fonctionnel des solutions n’a pas changé", précise Laurent Balaine, le nouveau président.

3. E-charlemagne dématérialise les notes de frais

Pour sa première participation au salon, la société auvergnate, qui dénombre une trentaine de salariés, est venue présenter "une application mobile permettant aux collaborateurs nomades de remplir, depuis leur smartphone ou leur tablette, leurs fiches de notes de frais et de scanner les justificatifs", explique Marie-Pierre Dubost, directrice générale d’e-charlemagne. Selon la version retenue, la solution peut s’interconnecter avec les systèmes d’informations comptables Sage, Cegid…

4. IS Assessment évalue la motivation des candidats

La société commercialise, depuis huit mois, une solution d’évaluation qui mesure, par le biais d’un questionnaire de 100 items, deux critères-clés dans un recrutement : la personnalité et la motivation. Développé par des psychologues pour des managers opérationnels, "l’outil permet de faire matcher ce qu’un candidat recherche et ce qu’une entreprise peut lui offrir et donne lieu à un rapport synthétique de cinq pages", résume Raoul Lozada, responsable du développement d’IS Assessment.

5. Seeing automatise la présélection des candidats

La start-up Seeing, qui vient d’être choisie par le groupe Danone et Accor, offre aux entreprises jouissant d’une forte attractivité, une solution dématérialisant le premier entretien d’embauche. "Nous leur proposons d’envoyer, aux candidats intéressés par un poste, un questionnaire sur-mesure aboutissant sur un calcul d’affinité au poste. Notre outil permet ensuite aux recruteurs de trier leurs candidatures, créer une short-list, comparer les candidats…", explique Danièle Verguin, associée.

6. Tanukis mise sur les MOSG

La société Tanukis se positionne à mi-chemin entre les MOOC et les serious games. "Etant donné l’important taux d’abandon des MOOC, nous avons décidé d’intégrer de la gamification à ce format et de lancer des MOSG : Massive Open Serious Games. Et de remplacer, par exemple, le professeur par un acteur ou un gamer", illustre Sébastien Perros, directeur général. Un concept qui a déjà séduit la Société Générale, pour laquelle Tanukis a développé un MOSG sur l’éducation financière.

7. Tibco séduit avec son RSE : Tibbr

Le groupe Tibco Software a lancé, il y a trois ans, la plateforme de réseau social d’entreprise Tibbr. Plébiscité par 250 clients dont KPMG, Thomson Reuters et Schneider Electric, ce portail a connu une croissance de 323 % en 2013. Pour Raynald Bouchet, social business sales manager, "la force de notre interface, c’est sa simplicité d’utilisation puisqu’elle permet aux collaborateurs de se l’approprier sans aucun effort d’adaptation", résume-t-il.

Transférer cet article à un ami