OneDayWith : l’innovation belge qui bouscule les pratiques de marque employeur


Le mardi 17 septembre 2013 | Marque employeur
OneDayWith : l’innovation belge qui bouscule les pratiques de marque employeur - D.R.

Le discours corporate des entreprises, trop lisse et souvent en décalage avec la réalité de l’interne, serait peu efficace pour susciter l’intérêt des meilleurs talents. C’est le postulat de Careers International, une entreprise bruxelloise qui a tiré profit de son expérience dans l’organisation de salons de recrutement pour lancer un ambitieux concept d’événements en ligne qui met en relation collaborateurs d’une entreprise et candidats ciblés.

Attirer les talents avec du contenu expert

« Les candidats attendent transparence authenicité de la part de leur futur employeur ; ils veulent savoir ce qu’il y a derrière une fiche de poste, entrer en interaction avec leur futur boss. Chez BMW par exemple, un job dans la finance à Munich n’a rien à voir avec un poste d’ingénieur en Chine, alors que le maketing corporate est le même » constate Stéphane Wajskop, le DG de Careers International qui a fondé OneDayWith il y a un peu plus d’un an. Le principe : une plateforme web aux couleurs de l’entreprise, proposant à un vivier de talents préalablement identifiés de participer à un webinar pré-enregistré par de « vrais collaborateurs » sur un thème volontairement pointu, avant d’échanger avec eux en live par video chat. « L’événement reste un projet de recrutement : on contacte le candidat au nom du service RH, mais on l’attire avec du contenu ». explique le fondateur. Pour ce faire, les équipes de OneDayWith prennent en charge la création d’un site web événementiel, l’identification et l’invitation des contacts pertinents, la modération des questions, ou  le screening des meilleurs CV de participants. Coût moyen de l’opération : entre 12 et 15k€ :  6000 € pour la plateforme et l’organisation de l’évenement et 500 € par journée de sourcing. « Quasi 100 % des professionnels contactés suite à un de nos événements ont accepté une rencontre avec l’entreprise, alors que la plupart ne sont pas en recherche active » assure Stéphane Wajskop.

40 projets pilotes réalisés

De grands noms comme EADS, Eiffage ou ING font déjà partie du tableau de chasse de OneDayWith. « Chaque entreprise a sa problématique » explique le DG. Le géant Shell, par exemple, cherchait à recruter des jeunes femmes ingénieurs, avec 4 ans d’expérience dans le domaine pétrolier. L’accroche choisie pour l’événement : un processus chimique stratégique, développé par des collaboratrices… qui ont-elles-mêmes présenté leur projet aux participantes. « Le candidat se sent valorisé car il vit une expérience exclusive » constate Stéphane Wajskop. L’esthétique des présentations est volontairement informelle pour renforcer l’effet de réel. Autre avantage selon OneDayWith, le concept prendrait relativement peu de temps aux collaborateurs impliqués, tout en évitant de noyer le service RH sous des piles de CV non ciblés. Toutefois, reconnaît  Stéphane Wajskop, « on ne peut pas empêcher un concurrent de se déguiser en candidat ». Le succès du concept tient donc sans doute à un équilibre subtil entre prise de risque et maîtrise du contenu. Reste que le service OneDayWith est prometteur. « Nous allons doubler voire tripler le nombre d’événements dans l’année à venir, et signer des contrats annuels » conclut le fondateur.

Gaëlle Fillion

Transférer cet article à un ami