«  L’audit fait peur car il est associé à une punition » Jean-Marie Peretti - IAS


Le jeudi 21 mars 2013 | Marque employeur
" L'audit fait peur car il est associé à une punition" Jean-Marie Peretti - IAS - D.R.
L’Institut International de l’Audit Social (IAS) a lancé un ambitieux cycle de formation d’Auditeur Social à l’IEAM à Paris. 16 modules, 20 jours de formation échelonnés sur 3 mois, une douzaine d’intervenants de haut niveau pour aborder la question sous toutes ses coutures… la prochaine session débute en avril

Le point avec Jean-Marie Peretti, universitaire et éminent chercheur en ressources humaines qui préside l’IAS et intervient dans le cadre de la formation.

Quel est le rôle d’un auditeur social ?

Contrairement à l’auditeur financier, l’auditeur social n’a pas seulement pour objectif de constater et de juger un écart. Il identifie et prévient les risques sociaux, en préconisant des améliorations. En somme, il fait progresser l’entreprise dans la qualité de sa gestion des RH et de sa responsabilité sociétale. Car chaque fois qu’elle améliore un processus RH, l’entreprise bénéficie de retombées économiques et financières. Or les risques en entreprise augmentent, menant par conséquent à une plus forte demande d’audits sociaux. On a récemment appris par exemple que les entreprises qui ne démontrent pas une égalité salariale entre hommes et femmes pourraient bientôt être sanctionnées à hauteur de 1 % de leur masse salariale. Ce type d’évolutions réglementaires ainsi que les problèmes sociaux relayés par les medias - les suicides liés au travail par exemple -  font prendre conscience des risques. Reste que le mot « audit » continue à faire peur aux DRH qui appréhendent souvent des réactions négatives de l’interne. Nous leur montrons que contrairement à l’audit financier, l’audit social est bienveillant.

A qui s’adresse cette formation ?

A la fois aux DRH ou aux professionnels de la fonction RH qui souhaitent mener une démarche d’audit en interne, et aux consultants RH. Notre première session de la formation en novembre dernier a rassemblé d’une dizaine de professionnels RH de haut niveau. La fonction « achats » par exemple est également concernée, dans le cadre des audits sociaux des fournisseurs. S’ils le souhaitent, les participants peuvent obtenir une certification d’auditeur social à l’issue de la formation, délivrée par un organisme extérieur.

Combien coûte la formation ?

Les professionnels peuvent choisir d’assister à la totalité du cycle d’auditeur social, soit 16 sessions facturées 5200 € HT, ou choisir à la carte les thématiques qui les intéressent, sur l’audit des rémunérations, l’audit du recrutement, ou l’audit du climat social par exemple. Le tarif d’une journée est alors de 350 €. En parallèle, nous proposons également une formation de 3 jours à l’analyse de conformité sociale qui dure 3 jours et coûte 1600 €. Les deux cycles ne s’adressent pas aux mêmes cibles : la seconde est plus spécifique et principalement méthodologique. Chacun des modules est animé par un praticien ou un universitaire spécialiste du domaine.

Quels sont les grands enjeux de l’audit social ?

Echouer à saisir une opportunité est un risque notable pour l’auditeur social. Un exemple : aujourd’hui, les entreprises recrutent parmi la Génération F, ces jeunes entre 16 et 25 ans. Un audit de cette cohorte est nécessaire pour l’entreprise dont la performance dépendra demain de sa capacité à coopérer avec les réseaux sociaux. Le risque pour l’organisation ? Ne pas savoir utiliser pleinement les ressources créatives de cette jeune génération. La qualité d’un audit social tient par ailleurs à sa rigueur méthodologique. Notre formation accompagne les professionnels dans la conception de leurs propres outils. Des questionnaires ad hoc par exemple. Le contenu n’a rien à voir avec un manuel dont les enseignements seraient généralisables. Ne pas se tromper d’indicateurs, identifier les pièges qui peuvent les amener à faire fausse route… sont autant de points clés de cette formation.

Gaëlle Fillion

Transférer cet article à un ami