Logiciel de niche ou logiciel intégré ?


Le samedi 24 mai 2008 | GPEC
Logiciel de niche ou logiciel intégré ?

Pendant des années, les responsables informatiques se sont posé la même question : faut-il privilégier un ERP (un progiciel de gestion intégré) ou des solutions de niche dites « best of breed » (i. e. applications les meilleures de leur catégorie) ?

L’ERP offrait l’avantage d’offrir un seul et même outil informatique pour toute l’organisation. Aucun problème alors de compatibilité entr applications, les données étaient uniques, la cohérence réelle et les tableaux de bords consolidés plus facilement accessibles. Face à eux, les « best of breed », offraient une couverture fonctionnelle certes moins large mais largement plus focalisés sur tel ou tel métier précis. Ils étaient ainsi plus riches, plus flexibles, plus simples d’utilisation…

Les éditeurs d'ERP ont senti le vent tourner : à coup de nouvelles versions plus ergonomiques et de rachats d’éditeurs « best of breed » ils semblaient avoir remporté le match. Les grandes organisations avaient privilégié, dans leur majorité, le tout unifié, intégré.

Pourtant, l’essor des solutions SaaS (« software as a service » soit solutions « logiciel + services » accessibles via le web) rebat les cartes. Les éditeurs SaaS RH adoptent ainsi une stratégie de niche, très « best of breed » dans leur approche, mais surtout ils présentent l’énorme avantage d’être externalisés, ce qui est fort attirants pour les utilisateurs finaux : ils sont largement moins coûteux en temps et en argent notamment sur les aspects déploiement et paramétrage. Les éditeurs SaaS RH ont ainsi conquis de nombreux grands comptes. L’exemple du e-recrutement dans les banques est à ce titre particulièrement riche.

Toutes les banques en France possèdent un puissant SIRH. Pourtant à l’heure de se doter d’un module de recrutement, elles ont toutes choisi un éditeur SaaS aux dépens du module recrutement de leur ERP ou SIRH courant. La Société Générale a fait confiance à Jobpartners, La Caisse d’Epargne à StepStone, la BNP et les Banques Populaires à Taleo, le Crédit Agricole à Kioskemploi, HSBC à RFlex Progiciels…

Ce scénario, dans beaucoup d’organisations, s’est reproduit par exemple avec d’autres logiciels SaaS. Si bien qu’en 2008, les entreprises en France se retrouvent en plus de leur SIRH habituel à utiliser deux ou trois logiciels SaaS dédiés à un métier RH particulier. Les solutions SaaS signeraient-elles ainsi le grand retour, assez inattendu, des applications « best of breed », par la porte de l’externalisation ?

Transférer cet article à un ami