PayFit veut digitaliser tous les processus RH


Par Xavier Biseul | le mardi 20 mars 2018 | Logiciel de paie
PayFit veut digitaliser tous les processus RH

Au-delà de la paie, son métier historique, PayFit digitalise les notes de frais, les congés et, depuis peu, l’intégration des nouveaux collaborateurs. La start-up parisienne, qui se rêve à l’international, continue sur cette lancée en s’attaquant désormais à la gestion des entretiens d’évaluation.

Avec un tour de table de 14 millions d’euros bouclé en juillet dernier, PayFit a réalisé l’une des plus belles levées de fonds de l’année écoulée. Huit mois après, la startup parisienne a mis à profit cet argent frais pour enrichir son offre mais aussi accélérer son développement. Lancée en avril 2016 par trois amis étudiants - Firmin Zocchetto, Ghislain de Fontenay et Florian Fournier – PayFit avait, comme son nom l’indique, vocation à simplifier l’édition des bulletins de paie. Au fil du temps, la solution a pris en charge les déclarations sociales, les congés, les notes de frais et la gestion des temps de travail. Elle offre aussi un espace dédié au collaborateur depuis lequel il accède à ses données RH.

Une check-list pour encadrer le parcours d’intégration

Plus récemment, PayFit s’est dotée d’un module d’onboarding. A partir d’une check-list, la nouvelle recrue suit son parcours d’intégration en effectuant un certain nombre de tâches prédéfinies. L’intégration commence avant même l’arrivée physique du collaborateur puisque la solution lui demande, en amont, différentes pièces pour compléter son dossier personnel comme un RIB, sa carte nationale d’identité et sa carte vitale.

Dans quelques mois, PayFit proposera également aux professionnels RH et aux managers de gérer, via sa solution, les entretiens annuels d’évaluation. Pour Firmin Zocchetto, son PDG, l’objectif est de faire de PayFit une plateforme centralisée où transitent tous les processus RH. « Si un outil gère les notes de frais et un autre les absences, cela pose des problèmes d’intégration. Avec PayFit, l’entreprise reste dans la même interface. » On retrouve d’ailleurs cette volonté de simplification dans la politique tarifaire, PayFit se présentant comme un SIRH « sans engagement ni frais d’installation ». Le tarif comprend un abonnement de base puis un prix par employé.

L’international en ligne de mire

PayFit vise les sociétés entre 1 et 1000 employés, notamment celles qui gèrent encore leurs collaborateurs sous Excel, voire au format papier. Le mode SaaS permet aussi d’accompagner les sociétés en forte croissance. De fait, sur les 1500 clients que revendique désormais l’éditeur (contre 300 en janvier 2017), nombre d’entre eux sont des startups comme Doctolib, La Ruche qui dit Oui, Heetch, Zenly...

L’éditeur, qui a noué un partenariat avec l’incubateur Station F, met aussi le cap à l’international. Sa solution est commercialisée en Espagne et bientôt en Allemagne (mi-2018) puis en Angleterre et en Italie (courant 2019). Pour dupliquer son concept en Europe, la start-up s’appuie sur le langage de programmation qu’elle a créé, JetLang, et qui permet à des experts RH de « coder » eux-mêmes la solution. Autant de projets qui l’amènent à recruter. PayFit, qui emploie aujourd’hui 80 collaborateurs, prévoit de dénombrer 150 salariés d’ici la fin de l’année. Elle recrute des profils très variés, notamment des experts paie, des développeurs, des commerciaux, des responsables marketing et des juristes.

Transférer cet article à un ami