Cegid dévoile sa feuille de route


Par Xavier Biseul | le mardi 17 juillet 2018 | Logiciel de paie
Cegid dévoile sa feuille de route

Chatbot dédié au prélèvement à la source, nouvelle offre de paie pour les ETI, construction d’un Core HR… L’éditeur Cegid prévoit de muscler son portefeuille de solutions RH dans les mois à venir.

« Ouvrir les possibles » : c’était le leitmotiv de la grand-messe annuelle de Cegid, qui s’est tenue le 3 juillet dernier à Paris. Devant 2 000 clients, prospects et partenaires, l’éditeur a rappelé les ambitions de son plan stratégique. Par une politique de croissance organique et externe, un développement à l’international et sa capacité d’innovation, Cegid entend doubler son chiffre d’affaires d’ici la fin 2021. Un chiffre d’affaires qui devrait s’élever, cette année, à 400 millions d’euros. Pour atteindre cet objectif, la société rachetée en 2016 par les fonds anglo-saxons Silver Lake Partners et AltaOne compte notamment sur le renforcement de son portefeuille de solutions RH. Sa feuille de route s’annonce, de fait, particulièrement chargée pour 2018 et 2019. A la rentrée, Cegid va tout d’abord proposer un chatbot dédié à la mise en place du prélèvement à la source. A l’instar de ce que propose Cegedim SRH, cet agent conversationnel répondra aux questions les plus fréquentes que se posent les collaborateurs sur le sujet, déchargeant d’autant les services de la DRH. Ce chatbot, disponible avec ses solutions de paie, a été développé avec la technologie de la startup Do You Dream Up.

Une nouvelle solution de paie en 2019

Mais ce chatbot n’est qu’un en-cas et Cegid prévoit bien davantage dans les prochains mois. Début 2019, l’éditeur commercialisera une nouvelle solution de paie et de gestion administrative du personnel à destination des ETI (300 à 5000 salariés) dont le nom n’a pas encore été arrêté. « L’outil visera à améliorer la productivité des services de paie, avance Philippe Clerc, directeur de la business unit paie et ressources humaines. La production de la paie se basera sur les flux de la DSN et certaines zones seront préconfigurées. » Cette nouvelle offre est l’occasion, pour Cegid, d’expérimenter une nouvelle méthode de gestion de projet. « En s’inspirant des méthodes agiles, nous avons découpé le projet en lots afin d’éviter l’effet tunnel, poursuit Philippe Clerc. Des entreprises clientes sont associées à la co-construction de la solution : ils la testent sans attendre la fin de mise en œuvre. » Cegid profitera de l’occasion pour refondre l’interface utilisateur, qui devrait ainsi gagner en ergonomie. L’éditeur travaille également à l’interopérabilité entre son offre de paie et sa solution de gestion des talents afin que les deux modules puissent communiquer de façon fluide.

RITA peine à s’intégrer

Mais le chantier le plus important reste à venir. A l’instar de Talentia Software, Cegid s’attelle à la constitution d’un Core HR. En rassemblant les différents référentiels RH, « celui-ci doit permettre à une entreprise d’avoir une vision panoramique des ressources qui concurrent à sa richesse : ses employés, bien sûr, mais aussi ses sous-traitants et partenaires. » Cet « hub de données », qui est attendu pour 2019, doit aussi favoriser l’accès du collaborateur à ses données. Un système d’API permettra d’ouvrir le Core HR aux autres outils RH du marché mais aussi aux solutions innovantes des start-up spécialisées. En revanche, Cegid accuse un retard dans l’intégration de RITA, la plateforme de multidiffusion d’offres d’emploi en ligne rachetée avec la société canadienne Illico Hodes en octobre dernier. Alors que la solution était présentée officiellement, au printemps dernier, lors du salon Solutions RH, elle ne sera finalement disponible qu’en 2019, le temps d’effectuer les adaptations nécessaires pour assurer la « francisation » du produit.

Transférer cet article à un ami