Logiciels GPEC : 8 conseils pour faire le bon choix


Le mercredi 14 décembre 2011 | GPEC
Logiciels GPEC : 8 conseils pour faire le bon choix

Choisir un logiciel de GPEC et d’évaluation de la performance est une décision complexe. De nombreux facteurs doivent entrer en compte, de la taille de son entreprise à ses objectifs, en passant par la simplicité d’utilisation. Voici 8 conseils pour réussir l’implantation de son logiciel.


1. Bien définir sa stratégie en matière de gestion des talents. Et, pas uniquement pour les 5% de hauts potentiels mais pour tous vos collaborateurs. Il est nécessaire d’avoir les idées très claires sur ses objectifs et sa stratégie pour y parvenir. Une bonne vision des process est  fondamentale, n’oubliez pas que l’outil n’est pas là pour les définir.

 

2. Avoir le soutien de la direction générale de l’entreprise. Cela favorisera la réussite du projet. En effet, « l’outil ne doit pas contraindre le process mais l’accompagner, explique Patrice Barbedette, vice-président de Taleo. Il doit donc être en ligne avec les objectifs de l’entreprise.»


3. Choisir un outil flexible dès le départ pour prévoir les évolutions et répondre aux besoins non seulement immédiats mais aussi futurs. Le piège : ne penser qu’aux objectifs à courts termes.

 

4. Faire un choix adapté à la taille de l’entreprise. Les solutions en mode SaaS sont souvent privilégiées par les PME pour leur rapidité de déploiement tandis que les grandes entreprises ont plus tendance à opter encore pour les ERP. 

 

5. Éviter la multiplication des produits qui auront du mal à communiquer entre eux et privilégier les suites qui intègrent différents modules, même si vous les déployez progressivement.

 

6. Ne pas négliger la préparation en amont. Il faut avoir effectué un important travail de préparation des données qui seront utilisées pour configurer la solution (référentiels métiers, entretiens annuels, structures des salaires...). Et pour une entreprise internationale, s’assurer d’avoir toutes les variables des pays. 

 

7. Ne pas hésiter à se faire aider par une société de conseils si le besoin s’en fait sentir. « Elles peuvent aider leurs clients à créer et uniformiser leurs référentiels dans un premier temps, puis avoir un rôle d’assistance à maîtrise d’ouvrage en quelque sorte dans le choix d’une solution, explique Frédéric Bastok, directeur technique Europe de l’Ouest chez SilkRoad. L’aide sera d’autant plus précieuse si l’entreprise est présente dans plusieurs pays. »


8. Ne jamais oublier que les solutions sont utilisées par les managers et les salariés. Il faut donc choisir une solution simple et intuitive, utilisable par tous sans besoin de former, au risque sinon de la voir inutilisée. 


Magali Morel 

 

 

Transférer cet article à un ami