Logiciels GPEC : panorama des solutions


Le lundi 12 décembre 2011 | GPEC
Logiciels GPEC : panorama des solutions

Ils sont une quinzaine d’acteurs importants à se partager le marché des logiciels de GPEC et d’évaluation de la performance. Un marché qui, à la fois, se diversifie et se concentre. En effet, de nombreux rachats ont eu lieu ces derniers mois : SuccessFactors par SAP, Learn.com et Jobpartners par Taleo, RFlex par TalentSoft et d’autres sont en cours. Quels sont les acteurs installés ? Et quels sont ceux qui se développent et vont faire parler d’eux en 2012 ?

 

Le leitmotiv des éditeurs aujourd’hui : diversifier leurs activités. Tous vont chasser en terre inconnue ou du moins en dehors de leurs spécialités. Ainsi, ADP, surtout connu pour la paie, s’oriente vers les RH et propose des offres de plus en plus intégrées. Car ce sont les éditeurs en mesure de proposer des suites intégrées qui ont la cote. Les entreprises ne veulent plus cumuler les outils SIRH. « On observe le retour en force d’Oracle et SAP, note Matthieu Laudereau, directeur associé chez Convictions RH, cabinet spécialisé dans l’accompagnement des évolutions de la fonction RH. Ils ont encore une valeur ajoutée voire une longueur d’avance grâce à leur capacité à gérer la base des RH. C’est un atout non négligeable. »


Pour autant, attention aux mirages des suites intégrées. Si les éditeurs veulent être les fournisseurs uniques de leurs clients, en fait, assez peu sont en situation de le faire. « La réalité est différente du marketing, souligne David Guillocheau, directeur associé chez Talentys, société de conseil en stratégies et solutions de talent management. Aucun ne peut se targuer d’être le meilleur dans tous les domaines. Certes, ils ont des modules dans tous les secteurs, mais chacun a ses spécialités et ses points forts. Les fonctionnalités sont plus ou moins bien développées chez chaque éditeur. » 


Des stratégies qui diffèrent


Ils ne sont pas plus de cinq, tels People Soft ou SAP, à pouvoir s’adresser aussi bien aux entreprises de 200 salariés que de 500 000. La stratégie de Taleo ou de SuccessFactors, par exemple, est tournée vers les grands comptes du CAC 40. « TalentSoft est l’acteur qui a signé le plus de références en France, notamment parce qu’il ne vise pas que les grands comptes, mais la structure est récente, il faut donc rester vigilant sur la pérennité et l’assise financière, met en garde Matthieu Laudereau en citant l’exemple de Jobpartners. Tous les clients vont devoir migrer sur Taleo, et l’impact est réel, il y a un coût d’appropriation. »

 

Sur le marché, les solutions Saas restent majoritaires. Les Américains se sont internationalisés en prenant en compte des critères nationaux. Pour David Guillocheau, Taleo, SuccessFactors et Cornerstone sont bien installés, tandis que TalentSoft et SilkRoad continuent à se développer.

 

Enfin, si le marché s’est crispé avec la crise, les spécialistes n’observent pas de remises en cause fondamentales mais plutôt des interrogations sur le choix des processus - les clients privilégiant les projets à courts termes avec une utilité rapide.

 

Magali Morel

Transférer cet article à un ami