La tierce maintenance applicative : levier stratégique de croissance pour Horoquartz


Par Gaëlle Fillion | le mardi 05 mai 2015 | Gestion des temps
La tierce maintenance applicative : levier stratégique de croissance pour Horoquartz

Cet éditeur de logiciels de gestion des temps a lancé une offre de TMA il y a 3 ans. Aujourd’hui, 15 clients sur les 5000 que l’entreprise compte au total ont souscrit à ce contrat d’externalisation de maintenance applicative. Une pratique encore confidentielle, qui selon Horoquartz, est vouée à significativement se développer dans les années à venir.

Si la quasi-totalité des clients d’Horoquartz souscrivent un contrat de maintenance au moment de la signature afin de bénéficier des services de hotline et des montées de version du logiciel, rares sont ceux en revanche qui optent pour un contrat de TMA. "La tierce maintenance applicative est une démarche très courante sur le marché de la paie ; beaucoup moins pour la gestion des temps et des activités (GTA) dont le périmètre reste parfois méconnu. On nous réduit parfois aux badgeuses, or en réalité nous traitons plus de fonctionnalités que la paie" observe Thierry Bobineau, Directeur marketing d’Horoquartz. Autre point commun avec la paie : la GTA est régulièrement impactée par des changements réglementaires, comme la récente abrogation de la loi TEPA, l’arrivée du compte pénibilité ou l’évolution des accords sociaux au propres à chaque entreprise.

50 000 euros par an minimum

L’offre de TMA d’Horoquarz a été packagée autour de 9 services à la carte : la maintenance corrective, la maintenance préventive ou le support applicatif, par exemple. Le coût total du forfait est également défini en fonction du niveau de service attendu par l’entreprise, qui détermine le degré de réactivité des équipes de maintenance en cas d’anomalie majeure. Au regard du ticket d’entrée, ce service s’adresse avant tout aux grands comptes. Selon, l’éditeur, un changement de culture serait en train de s’opérer au sein des DSI qui préfèrent désormais externaliser les compétences qui ne font pas partie de leur cœur de métier pour mieux se concentrer sur leurs missions stratégiques. Dans d’autres secteurs, la TMA est régulièrement confiée aux grands intégrateurs. "Sur notre marché de niche en revanche, on évalue à moins de 1000 personnes les spécialistes du sujet en France" assure l’éditeur. Horoquartz a pour l’instant une vingtaine de personnes dédiée à la TMA sur 370 collaborateurs au total… mais estime que cette équipe pourrait compter 100 collaborateurs dans 3 ans. "L’offre de TMA représente notre plus gros potentiel de développement, avec une croissance de 30 à 50 % par an" estime Thierry Bobineau. 

Transférer cet article à un ami