L’intelligence émotionnelle : un facteur à ne pas négliger


Le jeudi 16 mai 2019 | Gestion des talents

 

Selon une étude réalisée, en janvier dernier, par le cabinet de recrutement Robert Half auprès de 700 DAF, DSI et DG, 88 % des recruteurs considèrent qu’il est important que les collaborateurs bénéficient d’une Intelligence émotionnelle élevée. Ainsi, pour 41 % d’entre eux, il est essentiel que les salariés soient à même de comprendre, exprimer et contrôler leurs émotions, mais aussi comprendre et réagir aux émotions des autres, et pour 35 %, qu’ils soient capables d’adapter leurs connaissances à de nouveaux contextes.Mais si l’intelligence émotionnelle est déterminant aux yeux des recruteurs, ils sont toute de même 53 % à regretter que celle-ci ne soit pas assez considérée et mesurée dans les processus d’embauche.

 

 

Transférer cet article à un ami