Gestion des talents : 5 grandes tendances pour 2012


Le mardi 29 mai 2012 | Gestion des talents
Gestion des talents : 5 grandes tendances pour 2012

Josh Bersin, CEO et président du cabinet de conseil Bersin & Associates, donnait récemment ses prévisions pour 2012 en matière de gestion des talents. Voici les points sur lesquels il a insisté, à l’occasion d’un webinar organisé par Lumesse.

     

1- Un monde du travail sans frontières


Sur le marché du travail, les frontières perdent de plus en plus leur sens et les collaborateurs d’Europe, des Etats-Unis ou encore d’Asie sont extrêmement connectés. En témoigne l’énorme succès des outils de types smartphones et tablettes. De plus en plus d’entreprises s’adaptent à cette mobilité grandissante et développent des logiciels accessibles partout dans le monde depuis ces nouveaux outils de communication.

     

2- Acquisition et rétention des talents : un vrai défi

 

Pour recruter et garder les meilleurs éléments, il faut travailler sur sa marque employeur et sur ses pratiques de recrutement. Prenons l’exemple d’American Express. Pendant des années, sur sa page Carrière, cette multinationale ne faisait la distinction qu’entre les « Emplois aux Etats-Unis » et les « Emplois hors des Etats-Unis », ce qui n’était pas très valorisant pour les non-Américains. Cette page Carrière a été complètement retravaillée et présente désormais les offres d’emploi par pays et par type de poste, ce qui a considérablement amélioré l’efficacité de recrutement d’American Express.


3- Apprendre à connaître les jeunes recrues

 

Les travailleurs de moins de 35 ans changent régulièrement de poste et d’entreprise. Leur loyauté et leur sentiment d’appartenance à une organisation sont bien moins forts que leurs aînés et les entreprises doivent travailler plus dur pour les garder en leur sein. Cela passe notamment par de meilleures possibilités de mobilité interne ou encore par la création de plans de développement individuels.

     

4- Repenser le leadership

 

Bersin & Associates font aussi le constat suivant : les managers de première ligne manquent généralement de compétences mais aussi de consignes de la part de leur direction. Dans un monde du travail de plus en plus collaboratif où chacun peut apporter son avis, il faudrait repenser le rôle de leader et lui apprendre à manager l’imprévu.

 

5- Des organisations plus agiles

 

Enfin, l’agilité doit devenir le maître-mot des entreprises performantes. Plutôt que de rester dans le présent, voire dans le passé, on attend d’elles qu’elles regardent vers le futur, qu’elles créent du changement et de l’innovation, qu’elles soient rapides, qu’elles passent d’un modèle hiérarchique à une approche collaborative.

 

Autant de défis que les entreprises mondiales ne relèveront pas dans leur entièreté en 2012 mais sur lesquels elles avanceront sans doute à petits pas dans les prochains mois.

 

Fiona Collienne

 

Transférer cet article à un ami