Val Informatique enregistre des ventes record en 2014


Par Aurélie Tachot | le lundi 23 mars 2015 | Gestion de la formation
Val Informatique enregistre des ventes record en 2014

Val Informatique coule des jours heureux… En 2014, l’éditeur spécialisé dans la gestion de la formation a généré 4,1 millions de chiffre d’affaires et enregistré une croissance de 140 % de son portefeuille de commandes. Des résultats qui l’encouragent à recruter et à commercialiser ses solutions à l’international.

"En l’espace de sept ans, nous avons beaucoup évolué sur nos marchés cibles : du Petit Poucet,  nous sommes aujourd’hui devenus l’un des deux acteurs majeurs du marché", se réjouit Alain Rabary, président de Val Informatique. Et ce ne sont pas les résultats de l’année 2014 qui vont contredire ce constat. L’an dernier, l’éditeur a continué à prendre des parts de marché à ses concurrents. Il a réalisé une hausse de 140 % de son carnet de commandes, grâce, notamment, à l’arrivée d’une trentaine de nouveaux clients, en particulier des grands comptes comme Cap Gemini Institute, les Compagnons du Devoir… Ce qui fait de 2014, "notre seconde meilleure année de vente au cours des dix dernières années", souligne-t-il.

Le logiciel phare booste les ventes

De belles performances qu’Alain Rabary explique en deux points. Primo, Val Informatique n’a pas relâché ses investissements en R&D puisque, l’an dernier encore, entre 16 et 22 % du chiffre d’affaires lui ont été consacrés. Secundo, les ventes de son logiciel de gestion destiné à la formation continue, Ammon.ERP.Formation, ont grimpé en flèche. Lancée en janvier 2013, "cette offre représentait 800 000 euros de notre chiffre d’affaires en 2013, 1,4 millions en 2014 et devrait peser 2 millions en 2015", explique-t-il. C’est la raison pour laquelle l’éditeur d’une cinquantaine de collaborateurs prévoit, à l’issue d’une étude de marché, de traduire son logiciel en plusieurs langues et de le commercialiser à l’étranger, notamment en Europe, au Maghreb et en Amérique du Nord. Pour réussir à s’exporter, la PME étudie toutes les options. "Nous nous questionnons sur le modèle que nous allons mettre en œuvre pour la conquête de ces territoires. Nous n’excluons rien : partenariat, implantation ou acquisition", précise Alain Rabary, qui décidera au cas par cas. Pour pénétrer le marché suisse, Val Informatique a, par exemple, signé, il y a un an, un partenariat avec l’éditeur MindOnSite (MOS), filiale du groupe Demos.

Objectif : 5 millions de CA en 2015

En 2015, la maxime SMAC (Social, Mobile, Analytics, Cloud) devrait structurer la feuille de route de Val Informatique. Sans en dire davantage, l’éditeur annonce le lancement de nouveaux outils d’ici le second semestre de l’année. Des projets qui nécessiteront des recrutements. Cette année, la PME devrait étoffer ses équipes sur trois volets d’activité : la vente, l’intégration et le suivi client. Une vingtaine d’ingénieurs, de commerciaux, de consultants fonctionnels, de responsables support devaient être recrutés à Toulouse et à Paris. En capitalisant sur ces projets, Val Informatique, qui a basculé, en 2012, du mode on-premice au mode SaaS, espère générer un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros en 2015, contre 4,1 en 2014.

Transférer cet article à un ami