Start-up RH : Riminder élargit le sourcing grâce à l’intelligence artificielle


Par Morgan Robert | le lundi 02 octobre 2017 | Logiciel de gestion de candidatures
Start-up RH : Riminder élargit le sourcing grâce à l’intelligence artificielle

Recruter plus vite et de manière plus qualitative… Voilà, ni plus ni moins, ce que promet Riminder au monde RH. Son secret ? Comparer chaque candidature à des millions de CV référencés sur le web et, en se basant sur ces expériences, mettre en évidence de nouveaux profils qu’un examen classique n’aurait jamais détecté. Explications de Mouhidine Seiv, fondateur de la start-up.

Vous promettez aux entreprises de trouver trois fois plus de talents pour un poste, tout en leur permettant d’interviewer quatre fois moins de candidats… Comment procédez-vous ?

J'ai fondé Riminder dans le but d’aider les entreprises à identifier au mieux les talents dont elles ont besoin. De fait, nous allons au-delà des solutions de matching par mots clés qui appauvrissent la démarche de recherche. L’emploi des mêmes champs sémantiques conduit en effet à valoriser invariablement les mêmes profils, au détriment des autres… Notre technologie, au contraire, permet de dépasser cette contrainte pour trouver des profils plus originaux. Elle s’adresse donc aussi bien aux grandes qu’aux petites entreprises. Le tarif de notre prestation évoluant en fonction du nombre de candidats à évaluer et de la quantité de donnés à sauvegarder.

Comment votre solution fonctionne-t-elle ?

Notre algorithme de deep learning intègre les données fournies par l’entreprise – CV des candidats en lice, historique des précédents recrutements, intitulé du poste à pourvoir… – puis les compare à plusieurs millions de CV et de parcours collectés au préalable sur Internet. Grâce à cette étape, notre outil met en évidence des compétences et des talents qu’une recherche classique n’aurait pas détectés. Dans le cadre d’une recherche basée sur des mots-clefs, il serait par exemple impossible d’établir un lien entre “un chef cuisinier” et “un responsable événementiel”. Notre technologie comprend les compétences transversales entre ces deux rôles, comme avoir un sens aigu de l’organisation et supporter un environnement de travail stressant. Par extension, notre technologie permet aussi de prédire les prochaines évolutions professionnelles d’un collaborateur.

Quels sont vos projets ?

Aujourd’hui, nous traitons plus de 50 000 candidatures par semaine pour une centaine d’entreprises dans le monde, notamment pour le groupe BNP Paribas en Inde, Amaris ou encore la start-up Netatmo. Pour poursuivre notre croissance, nous devrions doubler nos effectifs d’ici la fin de l’année, essentiellement sur l’équipe marketing. Nous avons, par ailleurs, été sélectionnés pour faire partie des 12 start-up appelées à rejoindre le programme d’incubation mis en place par Facebook à Station F. Au final, nous ne devrions pas nous y installer même si la perspective de collaborer plus largement avec Facebook en matière d’emploi et de recrutement nous intéresse beaucoup.

Transférer cet article à un ami