Relation candidat : les entreprises ont du pain sur la planche !


Par Alban Garel | le jeudi 11 octobre 2018 | Gestion des candidatures
Relation candidat : les entreprises ont du pain sur la planche !

La relation candidat a beau être au cœur de la marque employeur des entreprises, elle n’en demeure pas moins largement mésestimée. Tel est l’enseignement majeur du « baromètre de la relation client ». Réalisée par la start-up Yaggo, cette étude a évalué les processus de recrutement des entreprises selon quatre critères : la clarté des informations, les difficultés pour postuler, le ressenti des candidats et la tenue des promesses employeur.

Les informations RH doivent être claires et lisibles

La façon dont les entreprises communiquent sur leurs métiers, leurs valeurs ou leur processus de recrutement est primordiale, d’une part pour se bâtir une image auprès des candidats, d’autre part pour attirer les meilleurs profils. D’après le baromètre de Yaggo, qui a testé les processus de candidature de plus de 200 entreprises entre mai et juillet 2018, la clarté et la visibilité des informations sont les deux points clé d’une bonne relation candidat. Or, 37 % des entreprises ne communiquent pas ou communiquent mal sur leurs métiers.

Le parcours candidat n’est pas fluide

La complexité et la multiplicité des étapes sur certains sites carrières sont un obstacle à l’acte de candidature. Ils nuisent à la relation que les entreprises entretiennent avec les candidats et « dégradent l’image de l’entreprise », note Matthieu Penet. Les candidats jugent d’ailleurs à 28 % que les sites de recrutement sont peu intuitifs. C’est d’autant plus frustrant pour eux qu’ils ne reçoivent pas toujours une réponse de la part de la dite entreprise. D’après le baromètre, 54 % des candidatures suite à une offre d’emploi ne reçoivent jamais de réponse.

Le ressenti des candidats est mal écouté

« Le candidat est d’autant plus sensible au ton et à la considération des entreprises qu’il est dans une situation personnelle complexe qui génère du stress », rappelle Matthieu Penet. En ce sens, il est important de traiter le candidat comme un client. Il est aujourd’hui inconcevable, pour une entreprise, de déconsidérer ses clients tant leur confiance et leur fidélité sont indispensables au succès. Les professionnels RH doivent raisonner de la même façon vis-à-vis des candidats : chacun d’entre eux est un futur client, fournisseur ou partenaire et doit donc être traité avec bienveillance.

Des promesses employeur non tenues

Promettre à un candidat qu’il aura une réponse de la part de l’entreprise, quelle que soit l’issue du processus de recrutement, sans respecter cet engagement a un impact désastreux sur la marque employeur. « Il est pire de faire une promesse sans la tenir que de ne pas en faire du tout », confirme Matthieu Penet. Une conséquence encore mésestimée des entreprises : 68 % ne respecteraient pas leur engagement sur ce point, d’après le baromètre, qui sera présenté lors d’une Masterclass le 6 novembre 2018. Résultat : 65 % des candidats ont une moins bonne image d’une entreprise après y avoir postulé.

Transférer cet article à un ami