« L'achat de Vurv n'exclut pas d'autres opérations en Europe » Al Campa, CMO, Taleo


Le mercredi 10 décembre 2008 | Gestion des candidatures
« L'achat de Vurv n'exclut pas d'autres opérations en Europe » Al Campa, CMO, Taleo

Arrivé en France en 2001, l'éditeur québécois Taleo connaît, depuis 3 ans maintenant, une forte dynamique sur notre marché. Plusieurs grands noms du Cac 40 comme Renault, BNP Paribas, ou Air France lui ont fait confiance récemment. Al Campa, le Chief Marketing Officer de Taleo, a passé une journée à Paris la semaine dernière. À cette occasion, il nous a livré sa vision du marché en France et nous a présenté les principaux objectifs de Taleo en Europe 

L'annonce du rachat de Vurv l'année dernière a surpris. N'était-il pas plus stratégique de renforcer votre présence en Europe ? 

Pour nous, l'un n'empêche pas l'autre. Tout est en fait une question d'opportunité. L'acquisition de Vurv nous permettait de consolider fortement notre position en Amérique du Nord, un marché très porteur. Mais Vurv était aussi très bien implanté en Angleterre, nous avons ainsi fortement renforcé notre position sur le marché anglais. 
Nous n'avons cessé de regarder le marché européen et sommes prêts à saisir les opportunités si les occasions se présentent. Nous ne voulons pas racheter pour racheter, nous cherchons de vraies synergies sur le long terme. En Europe, l'une de nos priorités est, par exemple, de renforcer notre couverture géographique. Nous sommes bien présents en Angleterre et en France mais cherchons à nous renforcer en Allemagne et en Europe du Nord, par exemple. 

Etes-vous satisfait de votre présence en France ? 

Pleinement. En France, nous connaissons de très bons moments. Le marché est mûr maintenant pour les produits de Taleo et le travail de fond, effectué depuis 2001, porte ses fruits. L'image de Taleo est reconnue et nous gagnons chaque année de très grands comptes français. Nous travaillons, aujourd'hui, avec des entreprises comme Veolia, Eiffage, Alcatel, Suez, Areva…Dernièrement, nous avons déployé nos solutions chez Renault et Air France.  
Les derniers mois ont été très riches : de grands groupes qui avaient choisi un éditeur local il y a quelques années sont revenus vers nous et plusieurs clients ont opté pour notre nouvelle solution Performance, alors qu'ils n'étaient pas clients de notre suite Recrutement. 

Allez-vous insister en France avec la commercialisation de votre solution pour les PME ? 

Bien sûr. C'est l'une de nos priorités. Taleo Business Edition est adaptée aux besoins des sociétés de moins de 3 000 employés. C'est un complément parfait de nos outils pour les grands comptes. Toutes les entreprises n'ont pas besoin d'outils très poussés. 

Le marché en France est très important, les besoins sont là. Beaucoup de PME n'ont pas encore de solutions et recrutent chaque année de nombreux collaborateurs. Taleo Business Edition profite de tout le savoir-faire de Taleo mais est adaptée aux contraintes des PME. Nous avons déjà une dizaine de clients en France comme Numéricable, Axa Asset Management…et espérons en avoir beaucoup plus dans les prochains mois. 

Quelles sont vos trois priorités pour 2009 ? 

1) Notre solution Performance. Nous avons un très bon produit qui répond parfaitement aux attentes du marché. Nous devons le faire connaître le plus possible et montrer aux entreprises combien cette solution peut les aider dans la gestion de leurs meilleurs talents. 

2) Notre plate-forme Talent Grid. Les solutions Taleo ne peuvent pas tout faire. C'est impossible. Nous avons donc décidé de faciliter fortement l'interconnexion de solutions de niche sur notre plate-forme. Chaque entreprise pourra ainsi facilement intégrer des outils l'aidant sur des problématiques ultra-précises en continuant d'utiliser la plate-forme Taleo. C'est le sens du marché. Nous intégrerons, par exemple, des solutions de benchmark salariaux, de jobposting, des tests de personnalité, des services de vérification de CV…Ce n'est que le début et nous espérons nouer de nombreux accords en France. 

3) Notre expansion géographique. Notre réussite en France et en Angleterre montre bien que les problématiques des entreprises pour la gestion de leurs talents sont très proches d'un pays à l'autre. Nous voulons donc nous renforcer en Allemagne, en Europe du Nord mais aussi en Asie où le marché est en forte croissance.  

Notre chance est d'avoir les moyens de financer notre expansion pour les années à avenir de façon très sereine.

 

Transférer cet article à un ami