4 arguments chocs qui vont convaincre les PME de soigner leur marque employeur


Le jeudi 08 septembre 2016 | Publi-reportage - Marque employeur
4 arguments chocs qui vont convaincre les PME de soigner leur marque employeur

Omniprésent dans le jargon RH depuis plus d’une décennie, le concept de marque employeur semble à première vue bien éloigné des priorités RH des PME et ETI. A tort : ces entreprises ne sont-elles pas celles qui ont le plus besoin de renforcer leur attractivité auprès des candidats, faute de notoriété ? L’éditeur DigitalRecruiters nous en offre la preuve par 4. 

1. Une solide marque employeur agit comme un filtre naturel auprès des candidats

Une étude menée par Leadership IQ a montré que 36 % des échecs de recrutement sont dus à un manque d’adéquation entre le collaborateur et les valeurs de l’entreprise. Or, maîtriser sa marque employeur revient en quelque sorte à donner les clés des coulisses de l’entreprise au candidat, pour qu’il ait toutes les cartes en main avant de postuler. Votre stratégie de marque employeur vous permet ainsi de faire coup double : vous améliorez la qualité des candidatures reçues tout en vous différenciant de vos concurrents. 

2. C’est un outil global de gouvernance RH (et pas un simple concept de communication externe)

Comment motiver et fidéliser ses collaborateurs ? Cette question hante les DRH et chefs d’entreprises, qui ont bien compris les effets dévastateurs de l’inertie au travail et du turnover sur leur business. Dans le chapitre de son livre blanc consacré à la marque employeur,  DigitalRecruiters nous apprend que 26 % des salariés seraient « activement désengagés ». Autrement dit, ils expriment un sentiment négatif voire hostile à l’égard de leur employeur. Impliquer vos collaborateurs internes dans une démarche de marque employeur renforcera naturellement leur fierté d’appartenance – et impactera donc positivement les taux d’engagement et de rétention de vos salariés. 

3. Une marque employeur non-attractive entraîne un coût de recrutement supplémentaire 

Selon LinkedIn, les candidats qui consentent à travailler dans une entreprise dont l’image est peu flatteuse ou laissée à l’abandon réclameraient une rémunération au moins 5 % supérieure à celle qu’ils auraient demandée au sein d’une entreprise attractive. Pour ceux qui en doutaient, ceci est la preuve tangible qu’une marque employeur solide contribue donc in fine à réduire les coûts de recrutement.

4. Si vous ne vous occupez pas de votre marque employeur, Google le fera pour vous

Que vous le vouliez ou non, votre entreprise a une image d’employeur qui lui est propre, et ce, quelle que soit sa taille. Face à l’émergence des réseaux sociaux et la multiplication des sites d’avis type Glassdoor, la porosité entre l’interne et l’externe est de plus en plus grande. Si vous ne prenez pas le temps de maitriser les ficelles de votre réputation d’employeur, les internautes (y compris vos propres collaborateurs) s’en chargeront tôt ou tard – pour le meilleur et pour le pire. 

« J’observe que le terme marque employeur est souvent galvaudé et donc mal compris par les petites entreprises. Il se résume en deux mots : attractivité et différenciation. Ces enjeux sont clés quand on sait que 29 % des entreprises françaises ont des difficultés à recruter les collaborateurs dont elles ont besoin » conclut Hervé Solus, CEO de l’éditeur DigitalRecruiters. 

Téléchargez gratuitement le quatrième chapitre du livre DigitalRecruiters : « La marque employeur : pour quoi faire ? » coécrit par Hervé Solus, CEO et DigitalRecruiters et Chantal Engel, fondatrice du cabinet HR Magnet. L’ouvrage relié de 146 pages 

Transférer cet article à un ami