Pixid bâtit une plateforme dédiée à l’intérim


Le mercredi 18 septembre 2019 | Gestion des talents
Pixid bâtit une plateforme dédiée à l’intérim - DR
Historiquement spécialisé dans la gestion administrative des acteurs de l’intérim, l'éditeur Pixidintègre progressivement des briques de sourcing et de matching à sa solution logicielle. L’objectif ? Proposer une solution unique et globale, allant de la recherche du candidat à la contractualisation.

Pixid a été créée en 2004 grâce aux efforts conjugués d’Adecco, de Manpower et de Vediorbis (racheté depuis par Randstad). À l’époque, les trois leaders de l’intérim en France investissent 15 millions d’euros dans la plateforme avant de céder leurs parts en octobre 2015 au fonds d’investissement Keensight Capital. En 2018, l’éditeur a réalisé 25 millions d’euros de chiffre d’affaires, en progression de plus de 50 % par rapport à l’exercice précédent. Avec plus de 8400 agences de travail temporaire clientes, Pixid est donc devenu un acteur incontournable de l’intérim en France. Sa plateforme de VMS (Vendor Management System) traite 230 000 missions par jour, soit 30 % du marché. Elle prend en charge la gestion des candidats et le traitement des fiches de paie ainsi que la partie contractualisation et facturation.

Pixid doit cette croissance soutenue en partie à son développement à l’international. Les revenus hors France représentent déjà 30 % de l’activité du groupe et Etienne Colella, son président, ambitionne de le porter rapidement à 40 %. « L’Europe offre un beau terrain d’expansion », estime-t-il. Après le Royaume Uni en 2017 et le Benelux en 2018, puis l’Allemagne et la Suisse, l'éditeur souhaite mettre le cap sur les pays nordiques d’ici la fin de l’année. Pixid emploie près de 200 personnes entre Paris, Londres et Rotterdam.

Une percée dans le sourcing grâce au rachat de Carerix

L’autre relais de croissance de Pixid, c’est l’extension de la couverture fonctionnelle de sa plateforme. Suite à l’acquisition de Carerix l’an dernier, l'éditeur est devenu un acteur du sourcing à part entière. En rapprochant la brique gestion de candidatures (ATS) de cette dernière à son offre de VMS, le Français entend créer une plateforme unique et globale, allant de la recherche du candidat à la contractualisation. Cette percée dans le sourcing répond à une demande du terrain, avance Etienne Colella. « Nous gérions déjà les relations entre une entreprise et une agence d’intérim, il était naturel de les aider à trouver des candidats. Sur cette partie, beaucoup de nos clients travaillent encore de façon non digitalisée ou sur un simple tableur Excel ».

L’intégration des briques technologiques de Carerix avance bien. Pour le marché français, l'éditeur a fait le choix de les incorporer à sa plateforme sous forme de modules de sourcing. Les premiers seront livrés en septembre. L’un s’adresse aux entreprises de travail temporaire et porte sur les contrats d’intérim. L’autre se destine aux entreprises finales pour les contrats en CDD. À l’international, Pixid a, cette fois, opté pour la connexion entre l’ATS Carerix et sa plateforme. Cela commencera par le Benelux, le berceau de Carerix, au cours du dernier trimestre 2019.

Développer des outils de matching

Pour multiplier le nombre de jobboards où seront publiées les offres d’emploi, Pixid va nouer des partenariats avec des éditeurs de solutions de multiposting. Il entend, par ailleurs, développer des outils de matching afin de raccourcir le délai entre la diffusion de l’offre et la sélection du bon candidat. Il a racheté, dans cette optique, Job Minute, plateforme de mise en relation en temps réel et sans CV dans le secteur de la restauration. « Le matching permet également de constituer un vivier de compétences en amont d’un pic d’activité, comme les fêtes de fin d’année pour les acteurs de la logistique ou du commerce, les vacances scolaires pour le secteur de l’hôtellerie restauration. »

Ce besoin de faire « matcher » des propositions de jobs avec les bons profils passe nécessairement par le smartphone, outil de communication numéro un des intérimaires évoluant fréquemment en situation de mobilité. Lancée il y a trois ans, l’application mobile de Pixid permet notamment de signer un contrat de travail. La barre du million de contrats signés a été récemment franchie. Un lien natif avec le compte personnel d’activité (CPA) du candidat lui permet aussi d’y stocker les bulletins de paie dématérialisés. Prochainement, il pourra indiquer sa disponibilité sur une période donnée. Etienne Colella voit dans cette nouvelle fonctionnalité un pari gagnant-gagnant. Plus le candidat remplit son agenda, donnant ainsi de la visibilité à son agence, et plus il se voit proposer des missions intéressantes.

Transférer cet article à un ami